Rachida Dati souriante à la fin de son interview à France Info a fait la tournée du web. Et la femme politique n'a pas dû apprécier qu'on la compare aux Bogdanov, à une statue de cire ou à un hamster, pour ne citer que quelques-unes des blagues diffusées de manière potache sur twitter et facebook.

Malheureusement pour elle, la lumière crue du studio et l'heure matinale ne la gâtent pas. Et même si la vidéo apporte des nuances à l'effet carton, la femme politique semble bien avoir eu recours à la chirurgie esthétique très récemment ! Le docteur Eric Bauthier est chirurgien esthétique à Uccle. Habitué des interventions tout en nuances, nous lui avons demandé ce que Rachida Dati avait pu faire pour afficher un visage aussi figé et ce qui la guette sur le long terme.

Rachida Dati, victime de l'effet botox ?

Rachida Dati semble effectivement avoir eu recours à la toxine botulique mais... à outrance. On le voit à son aspect figé (qui subsiste même dans la vidéo) à ses paupières supérieures qui semblent gonflées, la marque d'une injection de toxine botulique un peu trop puissante.

Je ne serai pas étonné non plus de l'emploi d'acide hyaluronique pour ses pommettes très saillantes et rondes. Les deux techniques doivent être utilisées avec parcimonie pour ne pas donner un aspect figé-gonflé... que l'on retrouve dans ce cas.

Pourquoi recourir au botox ?

L'intérêt de cette technique est d'atténuer la ride du lion et de donner au visage un air moins sévère et moins fatigué. C'est aussi un acte préventif car la ride n'évolue pas du tout puisque le muscle est bloqué. Si vous froncez 50 fois les sourcils ou même 100 fois en une journée, imaginez le nombre de froncements au bout d'un an... La toxine botulique aide considérablement.

Elle aura toujours ce visage figé dorénavant ?

J'imagine qu'en découvrant cette image, elle va réfléchir. L'intérêt d'une chirurgie non invasive c'est que les produits sont résorbables ! La toxine botulique dans les cellules a une durée de vie de 6 mois. Après, les muscles reprennent de la vigueur.

Si elle n'a pas fait de lifting chirurgical, et je ne le pense pas, Rachida Dati retrouvera progressivement un visage moins travaillé. Mais elle devra très certainement continuer la chirurgie esthétique. Quand on en arrive à multiplier les techniques, il faut un suivi. Et on n'imagine plus faire sans...

Mauvaise pub pour les chirurgiens esthétiques en attendant...

Effectivement, ça ne nous sert pas ce genre de buzz! Cela dit, la chirurgie esthétique que l'on pratique dans la grande majorité des cas n'est pas une multiplication des actes et des procédés. Mon maître-mot, c'est la sobriété ! Et rechercher la meilleure technique pour chaque patient, où qu'il veuille une intervention. On peut commencer par un point de toxine botulique, par exemple. Ce qui n'est pas un acte dangereux ni transformateur. C'est rajeunissant et ça fait du bien psychologiquement à beaucoup de femmes.