Les têtes couronnées ont été impactés comme tout le monde avec la crise sanitaire. Grandes cérémonies, anniversaires avec dîner de gala, visites à l’étranger ou participation aux incontournables rendez-vous de l’assemblée générale des Nations Unies ou du Forum économique mondial à Davos : tout cela a été rayé de leur agenda.

Les royaux ont aussi dû se réinventer en gardant une visibilité et sont devenus des experts en réunions virtuelles et messages vidéos.

La situation s’acheminant à présent favorablement vers une embellie, les choses commencent enfin à bouger car certains ont été privés de voir leur famille. C’est le cas de la princesse Madeleine de Suède qui vit avec son époux et leurs trois enfants en Floride, qui n’est plus rentrée au pays depuis 18 mois. La Cour a annoncé que les retrouvailles tant attendues, se produiront cet été. La princesse a ainsi raté les 75 ans de son père le roi Carl Gustaf, les 45 ans de mariage de ses parents en ce mois de juin et ne connaît pas encore son neveu le prince Julian au baptême duquel elle devrait logiquement être présente le 14 août prochain.

Il en est de même pour la princesse Martha Louise de Norvège qui est séparée en raison de l’impossibilité de voyager de son compagnon Durek Verrett qui vit en Californie.

Le prince Joachim de Danemark est aussi coupé des siens car installé à Paris où il travaille comme attaché militaire à l’ambassade. Après l’escapade des souverains néerlandais et de leurs filles en décembre dernier en Grèce où ils possèdent une résidence et le tollé provoqué car les Pays-Bas venaient de prendre des mesures contraignantes, nul n’a plus osé bouger de son royaume.

Le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles ont été les premiers à rouvrir la valse des visites officielles, en se rendant en Grèce.

Les déplacements sur le terrain deviennent aussi plus fréquents y compris pour la reine Elizabeth. Son fils le prince Edward a expliqué qu’au plus fort du confinement et pour se voir malgré tout, il se rendait au château de Windsor pour parler avec ses parents qui eux étaient sur un balcon à 6 mètres de haut, rendant la conversation parfois peu aisée. On vient donc de loin…