L’ex de Charlie Sheen s’occupe désormais des enfants de son ex et de Brooke Mueller

LOS ANGELES Après avoir incarné une James Bond girl, dans Le monde ne suffit pas (la plus mauvaise de tous les temps, d’après un sondage…), Denise Richards semble prête à se glisser dans le costume de Wonderwoman. Et pas au cinéma, mais bien dans la vraie vie !

C’est qu’à 42 ans, l’ex de Charlie Sheen assure sur tous les fronts. Professionnel, évidemment, puisqu’elle s’est investie comme jamais dans sa nouvelle série, Twisted , où elle joue le rôle de la mère (ben oui, le temps passe) d’un jeune meurtrier.

Mais c’est surtout sur le plan personnel que les engagements de Denise Richards sont les plus importants. Elle a, en effet, obtenu la garde des jumeaux que son ex, Charlie Sheen, a eus avec Brooke Mueller.

Depuis le début du mois de mai, Bob et Max se sont installés dans la propriété de l’actrice, où ils partagent le quotidien des deux enfants de Denise et Charlie – Sam Katherine et Lola Rose – ainsi que de la petite Eloise Joni, adoptée en 2010. “Vous faites en sorte de vous organiser parce que ces enfants dépendent de vous. Il faut définir ses priorités. Je veux être présente pour eux ”, a-t-elle déclaré dans US Magazine . Ajoutant, toutefois, qu’il n’était pas tous les jours facile de gérer autant d’emplois du temps ! “Je pense que ce qui est le plus difficile, c’est de m’organiser en fonction de leurs activités extrascolaires à chacun .” Comme on la comprend…

Si Denise Richards a obtenu la garde des deux garçons, c’est parce qu’elle en a fait la demande, après discussion avec son ex-compagnon et, surtout, après que leur mère, Brooke Mueller, entame sa vingtième cure de désintoxication.

Après des années de bagarre – au propre comme au figuré –, les différends entre les deux stars se sont donc aplanis. “On s’entend bien depuis quelque temps et c’est tellement mieux comme ça ”, concède-t-elle. “Évidemment, il y a un passé entre nous, mais, au final, mes filles ont l’air tellement heureuses que ça me réconforte aussi. ” Sainte Denise Richards, on vous dit…



© La Dernière Heure 2013