Ex-candidate des Anges et The Voice France , Sarah Van Elst et sa mère en confectionnent et cherchent des couturières qu’elles rémunèrent.

"Je suis rentrée de Los Angeles pour aider ma mère qui détient une société en confection de fauteuils, de rideaux, etc.", explique Sarah Van Elst qui a déménagé aux États-Unis voici un an pour y réaliser son album. Sa famille travaille dans le textile depuis plus de 40 ans, pour de grandes marques de couture belges et même la famille royale. "Ma maman, Isabelle Montpelier, a commencé à fabriquer des masques de protection lavables pour aider la population belge. Ces masques sont 100 % belges. Nous avons choisi un tissu percale qui est très dense et très résistant. Il permet de se protéger au mieux. Nous y avons ajouté une ouverture pour mettre un filtre supplémentaire, que ce soit de café ou autre."

Celle qui a aussi été finaliste de Miss Belgique en 2014 a également créé un site Internet et une page Facebook dédiés (iwearmymask.com) et sensibilise les personnalités belges pour les porter. "J’ai déjà contacté Sophie Pendeville, Daddy K ou encore Gaetan Bartosz. J’essaye de convaincre les gens qu’il s’agit d’une bonne solution alternative, poursuit la jeune chanteuse qui n’est pas la seule à se lancer dans le secteur. On commence à dire que les masques de protection devraient être obligatoires pour tous. On en confectionne de deux tailles, pour enfants et adultes. Ils sont lavables à 60 degrés."

Actuellement, sept couturières à domicile travaillent pour Iwearmymask. Mais pour faire face à la forte demande qu’elles rencontrent, Sarah Van Elst et sa maman sont à la recherche de personnes supplémentaires. "On fait appel aux couturières qui sont chez elles, à la maison. On dépose le matériel devant chez elles, ce qui leur permet de rester confinées. Elles font le travail avec leur machine et on va les chercher le lendemain. Ce n’est pas du bénévolat, on les rémunère. Elles peuvent ainsi continuer à travailler dans les circonstances exceptionnelles que nous traversons actuellement."

Par paquet de dix masques vendus, iwearmymask.com (qui collabore avec le ministère ou des sociétés agroalimentaires) en offre un aux services hospitaliers belges ou aux maisons de retraite.