La découverte belge de DH Radio du 28 mars au 3 avril est une vieille connaissance. Enfin, vieille n’est pas le bon terme. Sarina n’a que 28 ans mais elle a déjà roulé sa bosse (comme on dit) dans la musique depuis 12 ans. Au milieu des années 2000, elle participe à la sélection belge pour l’Eurovision et termine deuxième.

Malvoyante, elle a commencé le piano très tôt, à 4 ans, encouragée par sa grand-mère. Mais c’est surtout la pureté de sa voix qui ne vous laissera pas indifférente. Elle l’associe à un univers musical qui flirte avec la pop et la musique classique qui n’est pas sans rappeler ce que proposent de grands noms comme Agnès Obel et Kate Bush. C’est particulièrement vrai lorsqu’elle chante en anglais. Allez faire un petit tour sur YouTube pour écouter des titres comme "Oasis" et "Song For a Broken Heart" pour comprendre ce que cela signifie.


Sarina ne se contente cependant pas de la langue de Shakespeare. En globe-trotter qu’elle est, elle vit la musique dans toutes les langues et ne dédaigne pas le français, comme sur le touchant "Quand je chante", écrit et composé par Salvatore Adamo, et ce nouveau single, extrait de son second album Tea Time : "Rien en apparence", la découverte de la semaine sur DH Radio. Il s’agit d’une version revisitée du titre qu’elle avait proposé pour l’Eurovision lorsqu’elle avait 16 ans.

Le piano sautillant arrangé par Philippe Decock, comparse de Maurane, et le texte résolument positif font un bien fou après les deux années de pandémie que nous venons de traverser et l’ambiance plombée qu’entraînent la guerre en Ukraine et son cortège de conséquences pour nous aussi. "Il fait très bon et la nature est calme/L’air sent bon l’herbe coupée/Puisque nous sommes là tous les deux/Il faut en profiter", chante-t-elle. Avouez que ça sent bon le printemps dont nous avons tant besoin.



Ne vous fiez pas à l’apparence frêle de Sarina et à son handicap. Cette jeune femme a de la détermination à revendre et de la suite dans les idées. Sur Tea Time, elle reprend Joni Mitchell ("Blue"), Anne Sylvestre ("La femme du vent") et "Mononoke Hime" de Miyazaky Hayao en japonais. Elle chante également en hébreu sur "Gam Ani".

Pour en savoir plus, Philippe Deraymaeker s’entretiendra avec Sarina. Une interview à découvrir sur DH Radio le vendredi 1er avril à 14 h 30 et le dimanche 3 avril à 9 h 30. Ou sur les réseaux sociaux de DH Radio à toute heure du jour et de la nuit à partir de vendredi.

Et si vous souhaitez découvrir Sarina en concert, elle se produira en toute intimité, en configuration piano-voix, à la Ferme Rose à Bruxelles le vendredi 22 avril. Infos&réservations : info@sarinaofficial.com.