"Je viens de traverser six longues années difficiles", a déclaré la célèbre interprète de "Nothing Compares 2U" sur son compte Twitter. "Celles-ci ont enfin pris fin cette année et j’ai besoin de temps pour récupérer. Cette année, j’ai perdu une personne à laquelle je tenais beaucoup et cela m’a tellement affectée que j’ai été dépendante à des drogues qui n’étaient pas du cannabis. Le cannabis, cela fait 34 ans que j’y suis accro."

Convertie à l’islam, la chanteuse irlando-américaine qui se fait désormais appeler Shuhada Sadaqa confesse ne "jamais avoir appris comment mener une vie normale. L’industrie musicale témoigne peu d’empathie envers les artistes qui doivent reporter des événements pour leur santé mentale". Contrainte de repousser ses concerts à 2022, Sinéad O’Connor - qui avait déjà fait part de ses tendances suicidaires - est persuadée d’avoir pris la bonne décision même si "cela doit signifier la fin de ma carrière, qu’il en soit ainsi. Je n’ai qu’une vie et je dois la préserver". Comme l’artiste de 53 ans l’avait déclaré en février dernier, annoncer son mal-être publiquement l’aide à s’en sortir. "J’ai eu une période où j’étais très seule. Mais il y avait là beaucoup de désespoir: j’étais en train de mourir, donc j’espérais trouver comment me ressentir vivante. Si je n’avais pas cherché ce contact, je serais morte. J’étais si seule, ce que beaucoup de gens dans la même situation comprendront."