La chanteuse irlandaise a vu son compte Facebook supprimé : ses messages de désespoir se sont terminés par un cri déchirant au nom du droit de mourir...


Elle a été sauvée in extremis de la mort samedi 29 novembre après avoir posté un message sur Facebook racontant qu'elle avait pris un nombre impressionnant de pilules. La police avait réussi à la localiser dans un hôtel, à temps..Mais pour la chanteuse irlandaise, la plongée dans la dépression la plus sombre continue. Et voulant continuer à tout prix à atteindre sa famille avec qui elle se dit en rupture totale de leur part, elle continue d'écrire des posts sur ce réseau social pour montrer son mal-être et son désespoir devant sa famille qui selon elle l'aurait abandonnée.

Ainsi, deux jours après sa tentative de suicide, elle s'est adressée à sa famille toujours par l'intermédiaire du réseau social : "Vous êtes partis avant que je ne me réveille et vous n’êtes jamais reve­nus (…) Je ne mérite pas d’être trai­tée comme ça,” a-t-elle écrit. Ce message a été supprimé... Mais quelques jours plus tard, elle en publiait un autre : “Venez me dire que vous m’ai­mez. Venez me dire que l’on veut de moi, que je suis appré­ciée. Pourquoi êtes vous partis avant mon réveil ?”

Un message non entenddu semblerait-il qui a été suivi par une autre publication encore plus inquiétante  en date de hier, mercredi 2 décembre : “Si une femme ne réus­sit pas au premier essai. Elle essaiera encore et encore. #JeVeuxMonD­roitAMou­rirEtJeLeRé­clame”

Sinead O'Connor,presque 50 ans, est maman de 4 enfants. Elle souffre de troubles bipolaires lourds, un mal qu'elle a rendu public il y a 3 ans. Elle est bien sûr encore hopitalisée. Sa famille ne fait aucun commentaire pour sa part.


© Reporters