Alors que près de deux millions de cas de Covid-19 ont été recensés en France depuis le début de l'épidémie, de nombreux citoyens souffrent. Que ce soit des quidams ou des célébrités comme le restaurateur Philippe Etchebest ou maintenant l'artiste Chantal Goya. Le second confinement français semble frapper encore plus fort sur les foyers hexagonaux. Et aujourd'hui, c'est la célèbre interprète de Bécassine qui fait parler d'elle.

En effet, comme elle le révèle à France Dimanche, son bailleur lui a annoncé qu'elle allait devoir payer un surloyer de plusieurs milliers d'euros. Une somme mirobolante que l'interprète de Pandi Panda ne pouvait se permettre... Surtout que la chanteuse, bien connue des enfants, devait célébrer sur scène les 40 ans de son spectacle Le soulier qui vole. Reportée d'octobre à décembre à cause de la pandémie, la représentation qui devait avoir lieu au Palais des congrès à Paris a finalement été complètement annulée.

Sans logement fixe

Bref, comme plein d'autres locataires de son immeuble du IXème arrondissement de Paris (près de Pigalle), Chantal Goya et son mari Jean-Jacques Debout ont donc été contraints de partir. Si la chanteuse s'attendait à retrouver très vite un autre appartement, plus petit et surtout moins cher, rien ne s'est passé comme prévu. "On devait avoir un autre appartement, dans le VIème arrondissement, dixit la chanteuse de 78 ans au magazine. Mais ça ne s'est finalement pas fait."

Sa fille, Clarisse, l'a toutefois accueillie à bras ouverts du côté de Versailles, en attendant que la seconde vague passe. Chantal Goya ne voyait aucune autre solution à court terme. "On a déménagé dans l'été avec l'aide de copains. Tous le monde s'y est mis..., conclut-elle à France Dimanche. On prend soin de nous. Il y a tellement de gens que l'on aimait qui sont malades ou partis".