"Faut censurer les aubergines sensibles (abjectes, sexistes, étriquées, déviantes ou déshéritées). Ou même mieux, les éduquer au stade de graines. Pas nous", écrit-elle sur Instagram. Des mots qui semblent avoir eu moins d’impact que sa photo, au vu de nombreux commentaires, parfois graveleux, portant uniquement sur son physique. D’évidence, certains n’ont pas du tout compris le message. Affligeant.