La reine de la musique de 81 ans, retirée dans sa résidence zurichoise aux côtés de son mari Erwin Bach, explique son choix dans ce film intitulé Tina. Entre sa jeunesse passée à Brownsville Tennessee au suicide de son fils en 2018 (à 59 ans) en passant par son AVC, son cancer, son calvaire aux côtés de son ex-mari Ike Turner qui la battait ("Ma vie est une vie pleine de maltraitance"), ou encore sa greffe rénale de 2017, la chanteuse se met littéralement à nu. "Je survivais mais je ne vivais pas, déclare l’interprète de Private Dancer et de Goldeneye. J’ai commencé à penser à la mort. Si mes reins me lâchaient, c’était pour moi le moment de partir. Je pouvais accepter ça, quand le moment est venu, il est venu." Son souhait le plus profond pour la fin de sa vie ? Être loin des projecteurs. D’après son mari, elle aurait même déjà effectué son voyage d’adieu lors de la première à Broadway du spectacle inspiré de sa vie, The Tina Turner Story. "Tina a dit : ‘Je vais en Amérique pour dire au revoir à mes fans américains et je vais conclure’. Et je pense que ce documentaire et la comédie musicale, c’est ça - c’est une fin."