Huit jours après son décès, à 99 ans, au château de Windsor, les obsèques de l'époux de la reine seront célébrées samedi dans l'enceinte de ce domaine royal situé à l'ouest de Londres.

Lors d'une cérémonie retransmise à la télévision, la famille royale rendra un dernier hommage à celui qui, né prince de Grèce et du Danemark, a montré un soutien sans faille à la monarchie britannique depuis son mariage, il y a 73 ans, avec Elizabeth II.

Les funérailles, qui se feront dans une relative simplicité, reflèteront le passé militaire que portait fièrement le duc d'Edimbourg après avoir combattu dans la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale.

La cérémonie sera d'une "précision militaire et constituera surtout la célébration d'une vie bien vécue", a indiqué le général Nick Carter, chef des forces armées, sur la BBC. "Elle montrera également à quel point les forces armées l'aimaient et le respectaient".

La Royal Navy, la Royal Air Force et l'armée de terre seront présentes dans le parc de Windsor pour accueillir son cercueil, qui sera transporté à bord d'un 4X4 Land Rover que Philip, prince consort à la longévité record dans l'histoire britannique, a lui-même contribué à concevoir.

La fanfare des Grenadier Guards, dont Philip a été le colonel pendant 42 ans, mènera la procession jusqu'à la chapelle St George, où aura lieu la cérémonie religieuse à partir de 15H00 locales (16H00HB.

Elle sera menée par l'archevêque de Canterbury Justin Welby, chef spirituel des anglicans. Ce dernier a invité vendredi les Britanniques de toutes confessions à soutenir la reine lors de cette difficile épreuve, les priant de ne pas se fier à son comportement "extérieur" -qui reflétera probablement "l'extraordinaire courage et dignité dont elle a toujours fait preuve"- pour juger de sa peine, lors de ce "moment d'angoisse".

Outre le personnel religieux, 30 personnes seulement - et toutes masquées- seront autorisées à assister à cet office de 50 minutes, en vertu des règles contre le coronavirus.

Le Premier ministre Boris Johnson, qui a laissé sa place aux membres de la famille, regardera la cérémonie depuis sa résidence de Chequers (ouest de Londres).

De retour pour la première fois au Royaume-Uni depuis plus d'un an après sa mise en retrait de la monarchie, le prince Harry, 36 ans, apparaîtra en public aux côtés de son frère aîné William et de son père Charles.

Enceinte, son épouse Meghan Markle, dont les accusations de racisme au sein de la famille royale à la télévision américaine ont créé une onde de choc considérable, est restée aux Etats-Unis sur les conseils de son médecin.

Les retrouvailles de Harry et William, dont les relations sont distendues, ont alimenté chez les commentateurs royaux l'espoir d'un réchauffement de leurs relations. Le déroulement dévoilé jeudi par Buckingham apparaît néanmoins lourd de sens.

Unis en 1997 derrière le cercueil de leur mère Diana, les deux fils du prince Charles marcheront sur la même ligne pour suivre le cercueil du duc d'Edimbourg. Mais leur cousin Peter Phillips prendra place entre eux.

Cette séparation des deux frères a fait couler beaucoup d'encre dans la presse britannique, le Times y voyant "soit une bizarrerie du dispositif, soit une tentative délibérée de les séparer".

Pour autant, la famille royale britannique va tenter d'offrir au monde un front uni, du moins sur le plan vestimentaire.

En dépit de la connotation militaire de la cérémonie, la reine a en effet décidé que tous les membres de la famille seraient en tenue civile. Cette décision évite de trancher la délicate question du droit à porter l'uniforme pour les princes Andrew et Harry, tous deux attachés à l'armée.

Malgré deux missions en Afghanistan, Harry, ex-capitaine, n'a désormais le droit de porter ses médailles de service que sur un costume civil, après avoir perdu ses titres militaires honorifiques en décidant de ne plus être un membre actif de la famille royale.

Même s'il appartient toujours à la Navy, l'apparition en uniforme du prince Andrew, second fils de la reine et ex-pilote d'hélicoptère, aurait pu susciter un "sérieux mécontentement" en son sein, affirme le Sun, en raison de son amitié avec le défunt financier Jeffrey Epstein, poursuivi pour trafic de mineures.