D’apparente nature discrète, Stéphanie de Luxembourg est une personnalité bien affirmée. La grande-duchesse héritière Stéphanie de Luxembourg a fêté ses 35 ans. Un anniversaire que l’on imagine en demi-teinte suite au récent décès de son père le comte de Lannoy.

C’est en 2012 que la comtesse Stéphanie de Lannoy apparaît sous le feu des projecteurs à l’annonce de ses fiançailles avec le grand-duc héritier Guillaume de Luxembourg.

Née à Renaix, elle est la cadette d’une fratrie de huit enfants. Elle grandit au domaine familial d’Anvaing. Après des études primaires à Renaix, elle poursuit sa scolarité au Collège Sainte-Odile dans le Nord de la France puis à l’Institut de la Vierge fidèle à Bruxelles.

Après ses secondaires , elle séjourne pendant un an à Moscou. Elle y pratique le violon et suit des cours de langue et de lettres russes. Elle décroche ensuite un diplôme universitaire à l’UCL en philologie germanique. Son mémoire porte sur l’influence du romantisme allemand sur le romantisme russe.

Parlant alors couramment l’allemand et l’anglais, elle effectue un stage auprès de l’Agence wallonne de l’exportation à Berlin.

Depuis son mariage en octobre 2012 qui vit un grand rassemblement du Gotha, la princesse Stéphanie maîtrise aussi le luxembourgeois. Son époux lui a fait découvrir au fil du temps les différentes régions du Grand-Duché.

Mélomane, Stéphanie de Luxembourg est aussi très investie dans l’Art. Elle est présidente du Conseil d’administration de la Fondation Musée d’Art moderne Grand-Duc Jean et accorde son haut patronage à l’association Les Amis des musées d’art et d’histoire du Luxembourg. Elle a effectué plusieurs déplacements à Venise lors de la Biennale d’art contemporain ou à paris pour soutenir les métiers d’art du grand-duché.

D’apparente nature discrète, Stéphanie de Luxembourg est une personnalité bien affirmée pour celles et ceux qui l’ont rencontrée. Il suffit de voir son aisance à répondre aux interviews, sa parfaite maîtrise des sujets abordés que pour s’en faire une idée.

La grande-duchesse héritière a tissé des liens amicaux en plus que familiaux avec le roi Philippe et la reine Mathilde. Son époux est le parrain du prince Emmanuel de Belgique.

Lors des funérailles de sa mère peu avant son mariage, la reine Fabiola et la reine Mathilde avaient fait le déplacement pour être à ses côtés lors des funérailles.

En janvier dernier, la reine Mathilde était à nouveau à Anvaing pour les funérailles du comte de Lannoy. Ce jour-là, Stéphanie, coiffée d’une mantille de deuil, était apparue très marquée par la perte de son père.

Depuis le mois de septembre, Guillaume et Stéphanie de Luxembourg résident à Londres. Le fils du grand-duc Henri suit un cycle de formation postuniversitaire au Royal College of Defense Studies tandis que Stéphanie suit de son côté une formation en histoire de l’art au Sotheby’s Institute.