PARIS Max Boublil a trouvé un moyen pour sortir de l’anonymat : écrire une chanson à texte. Dont voici les paroles : “J’ai l’impression d’être un homme depuis que je me tape Susan Boyle. J’adore ses yeux, j’adore ses dents, elle me les prête de temps en temps. Comme on collectionne les vieilles bagnoles, moi je me tape Susan Boyle. C’est pas du sexe qu’on fait au lit, c’est de l’archéologie.” Le prix Nobel de l’élégance est en vue…



© La Dernière Heure 2010