L'actrice, qui vient d'accuser Polanski de l'avoir abusée "sexuellement", avait déclaré dans une interview en 1999 l'avoir "séduit à 17 ans"


Me Georges Kiejman, un des avocats de Roman Polanski, a qualifié lundi de "chantage" les accusations de l'actrice Charlotte Lewis contre le cinéaste, soulignant qu'elle avait déclaré l'avoir "séduit à 17 ans" dans une interview en 1999 au journal britannique "News Of the World".

"J'ai toujours perçu un chantage derrière la déposition de Charlotte Lewis contre Roman Polanski", a déclaré Me Kiejman à l'antenne de la radio RTL.

"On en a la confirmation parce qu'elle-même avait oublié le long entretien qu'elle avait accordé à un journal, 'News Of the World' (en 1999, NdlR), où elle décrit en quelque sorte sa carrière de call girl commencée à l'âge de 14 ans", poursuit l'avocat.

Dans cet entretien, l'actrice "précise au passage que c'est elle qui a séduit à 17 ans Roman Polanski, bien inutilement puisqu'il lui avait offert le rôle qu'elle a interprété dans 'Pirates'", sorti en 1986, poursuit-il.

Charlotte Lewis, 42 ans, a accusé, en plein Festival de Cannes, le cinéaste franco-polonais d'avoir "abusé sexuellement" d'elle au début des années 1980 alors qu'elle avait 16 ans.

Me Kiejman se demande "dans quelle mesure elle a été recherchée par le procureur général de Los Angeles".

"Parce que si c'est le cas, si celui-ci a cru trouver un témoin nouveau contre Roman Polanski au moment où les affaires de celui-ci étaient en train de s'arranger, il s'est déconsidéré", estime-t-il.

"Quoiqu'il en soit, voilà Roman Polanski non seulement à l'abri d'une accusation injurieuse, mais en mesure de prouver à quel point l'acharnement à son égard est odieux", conclut-il.

Selon l'avocat, le cinéaste "va bien, il tient le coup" mais il est "affecté par le fait qu'il ne peut pas sortir" du chalet où il est assigné en Suisse.

Roman Polanski est actuellement assigné à résidence en Suisse dans l'attente d'une éventuelle extradition, après son arrestation en septembre dernier sur mandat américain pour une affaire de "relations sexuelles illégales" avec une mineure survenues en 1977.

© La Dernière Heure 2010