Dans le cadre du projet X-plicit, elle a réalisé un court-métrage interdit au moins de 18 ans

PARIS Arielle Dombasle a toujours su marier les grands propos philosophiques et les audaces à caractère sexuel. L'an dernier, histoire de prouver qu'à 54 ans une femme gardait tout son charme, elle avait participé en toute petite tenue à un spectacle du Moulin-Rouge. Cette fois, elle frappe encore plus fort, avec un court-métrage destiné à faire parler de lui.

Comme Lou Doillon, Maïwenn Le Besco, Helena Noguerra (la soeur de Lio) et Caroline Loeb (C'est la ouate), elle s'est engagée dans le cadre du projet X-plicit à tourner un court métrage destiné à expliquer le désir féminin. Chaque réalisatrice dispose d'une liberté totale d'action. Une seule règle leur a été imposée : chaque minifiction se doit impérativement de contenir des scènes pornographiques !

L'objectif, à terme, est de regrouper leurs visions dans un long métrage destiné aux salles de cinéma. On parie qu'il fera plus d'audience que la bonne moyenne des films français ?



© La Dernière Heure 2008