People

La police de Los Angeles a établi que le dernier médecin de Michael Jackson a administré au chanteur le puissant médicament qui aurait provoqué sa mort


LOS ANGELES Le police de Los Angeles a établi que le dernier médecin de Michael Jackson, Conrad Murray, a administré au chanteur le puissant médicament qui aurait provoqué sa mort, affirme lundi la chaîne américaine CNN, citant des sources proches de l'enquête.

Depuis le décès soudain du "roi de la pop" à l'âge de 50 ans, le 25 juin à Los Angeles, le docteur Murray était au centre de l'enquête, après que la police eut retrouvé au domicile du chanteur des bouteilles de Propofol, un anesthésiant extrêmement puissant utilisé en milieu hospitalier.
Les avocats du docteur Murray et la police de Los Angeles (LAPD), interrogés par l'AFP, se sont refusés à tout commentaire.
CNN affirme par ailleurs que les résultats de l'autopsie de Michael Jackson devraient être connus "cette semaine".

L'enquête sur la mort de Michael Jackson s'était resserrée mercredi dernier sur le docteur Murray, après la perquisition par l'Agence fédérale américaine de lutte contre les stupéfiants (DEA), associée notamment à la police de Los Angeles (LAPD) et la police de Houston (Texas, sud), de l'un des cabinets du praticien, à Houston.

L'avocat du docteur Murray, Ed Chernoff, avait confirmé la perquisition et précisé que les forces de l'ordre étaient venues chercher des preuves d'"homicide".

Selon M. Chernoff, les enquêteurs étaient repartis à la mi-journée avec "21 documents" et "une copie du disque dur d'un ordinateur".
La famille de Michael Jackson n'a jamais caché sa méfiance envers Conrad Murray, appelant à plusieurs reprises la police à faire toute la lumière sur le rôle qu'avait joué le médecin pendant les dernières heures de la pop star.

© La Dernière Heure 2009