La naissance de son premier enfant est attendue pour avril-mai.

C’est officiel, la duchesse de Sussex n’a plus rien à son agenda avant la naissance de son premier enfant, attendue pour avril-mai. La Cour ne donne en effet jamais plus de détails précis quant à la date prévue pour l’heureux événement.

Meghan avait jusqu’alors mené tambour battant un agenda chargé malgré sa grossesse, toujours juchée sur d’impressionnants hauts talons et suivant son époux le prince Harry en visite au Maroc, au retour d’une polémique escapade privée à New York pour retrouver ses amies.

La duchesse de Sussex a assisté cette semaine au service religieux en l’abbaye de Westminster à l’occasion de la Journée du Commonwealth. Elle y a retrouvé sa belle-sœur la duchesse de Cambridge.

Alors que la presse britannique maintient que les deux jeunes femmes n’auraient pas une relation des plus fluides, elles sont apparues, bien conscientes d’être au centre de tous les regards, bienveillantes l’une avec l’autre.

Comme il avait déjà été annoncé, le secrétariat des princes William et Harry établi à Kensington Palace, a été séparé : celui de Harry s’installe à Buckingham et celui de William reste à Kensington qui est par ailleurs sa résidence londonienne. Il n’en fallait pas plus pour raviver la prétendue mésentente entre les frères en raison de leurs épouses.

L’explication est probablement plus simple : la vie officielle du prince William est vouée à s’accroître compte tenue de son rang. On a aussi appris le départ d’Amy Pickerill qui veillait à la communication du duc et de la duchesse de Sussex. Elle sera remplacée ni plus ni moins que par Sara Latham, qui fut conseillère principale d’Hillary Clinton lors de la campagne présidentielle en 2016. Un choix orienté par Meghan.