L’hebdomadaire a annoncé avoir remercié la journaliste qui y travaillait depuis plus de 30 ans. Celle qui fut la compagne de François Hollande se dit choquée, sidérée même, par ce licenciement “sans aucun motif valable” à ses yeux et qui intervient au cœur de l’été, alors qu’elle était en congé. Elle l’a fait savoir sur Twitter ce jeudi matin.


D’après les informations du Parisien, la journaliste n’est pas la seule concernée par un départ. Il se préparerait une restructuration au sein de la rédaction de Paris Match, la crise du Covid-19 ayant entraîné une chute des revenus publicitaires.

Valérie Trierweiler était entrée chez Paris Match en 1989, au service politique, où elle a notamment été chargée de suivre l’actualité du Parti socialiste. Elle est contrainte de quitter cette fonction lorsqu’elle se met en ménage avec François Hollande, alors premier secrétaire du PS, en 2005. Elle n’est pas pour autant écartée par l’hebdomadaire. Elle a rejoint le service culturel où elle prend en charge la critique littéraire.

© AP

Le journaliste ne quitte cependant pas la sphère politique dans le cadre de ses activités. En 2005 toujours, elle est aux commandes des premiers rendez-vous politiques de la chaîne Direct 8 (future C8 après son rachat par Canal +) lancée par le groupe Bolloré. Elle devra cependant renoncer à cela également lorsque son compagnon se lancera dans la présidentielle de 2012 et sera élu. Le couple s’est séparé deux ans plus tard suite aux révélations sur l’infidélité du président avec l’actrice Julie Gayet.

Depuis, Valérie Trierweiler a connu le succès avec certains des livres qu’elle a fait paraître, dont Merci pour ce moment. Elle s’est aussi engagée auprès d’associations caritatives et poursuivait sa collaboration avec Paris Match… Jusqu’à cet été.