Tu n’es pas habilité à faire ça" ; "Le vaccin tue, il rend aveugle" ; "Tu fais de la propagande", etc. Vinz Kanté a reçu plus de 500 messages de haine à la suite des conférences qu’il donne dans les écoles en compagnie de l’infectiologue Emmanuel André. Une campagne de prévention qui n’est autre que la suite des conférences de son ASBL School’Up qui, en décembre 2020, traitait des fake news autour de la Covid-19. "C’est un peu la culture hollywoodienne du complot qui prend le pas sur la réalité scientifique", déplore l’influenceur belge qui se rend compte que depuis l’avènement des réseaux sociaux, "il existe une réelle déconnexion entre la jeunesse et l’école, surtout dans les quartiers défavorisés. Tu sens que les écoles ou les parents ont abandonné l’éducation. Et j’ai beau écrire noir sur blanc que ce sont les scientifiques qui répondent aux questions des jeunes et moi qui fais de la vulgarisation pour essayer de faire comprendre aux jeunes des choses parfois trop techniques, rien n’y fait."

Dans les établissements où l’accès à l’éducation est parfois compliqué, la défiance vis-à-vis du vaccin est immense. "Les réactions sont parfois débiles et ridicules mais les jeunes d’aujourd’hui sont tant bercés par les réseaux sociaux que ceux-ci ont accaparé leur cerveau dans une vision non scientifique. Que ce soit sur le vaccin mais aussi la biodiversité, le climat ou le racisme. Ces gens sont dans leur microcosme de pensée et comme les algorithmes font en sortent de les maintenir dans cette pensée, ils y croient et y restent. On a beau leur prouver par A+B le contraire, ils vont toujours trouver un truc à redire, comme le fait qu’on leur ment. C’est être à côté de la réalité."

Vinz, dont les élèves pensent à 70 % qu’il n’est pas vacciné (alors qu’il a bien ses deux doses), a été menacé de mort. "J’ai eu quelques messages qui sous-entendent qu’on allait venir me choper ou que dès que des enfants mourront, ils porteraient plainte." Voire davantage, le sujet de la vaccination étant des plus clivants. "Je n’ai pas envie que mes conférences aient un impact pour que les jeunes soient absolument vaccinés mais pour qu’ils soient rationnels et apprennent à s’informer, conclut celui pour qui la pédagogie est la clé. Peser le pour et le contre et comprendre ce qui est faux. 8,5 millions de Belges sont vaccinés. Donc si ça tuait vraiment les gens, ce serait une hécatombe et ça ferait la une des journaux !"