Vittoria, la fille du prince héritier Emanuele Filiberto de Savoie, entre dans la ligne de succession.

Certes, l’Italie est une république depuis 1945 mais les monarchistes sont encore présents d’autant plus que celui qui devrait aujourd’hui être le prince héritier, le prince Emanuele Filiberto de Savoie, prince du Piémont et de Venise (né en 1972) est apprécié par l’opinion publique.

Le prince est un homme qui touche à tout pourrait-on dire. Il a été commentateur sportif, a participé au festival de la chanson de San Remo avec succès de même qu’à Danse avec les Stars et Pekin Express en version italienne.

Au sortir de l’ère Mussolini, un référendum est organisé. Hélas pour le jeune souverain Umberto et son épouse Marie Josée née princesse de Belgique, fille du roi Albert Ier et de la reine Elisabeth, on ne pardonne pas les atermoiements de leurs prédécesseurs avec Mussolini qui n’avait, dit-on, peur que de la future reine très clairement antifasciste.

L’exil commence. Leur fils unique (ils ont trois filles) le prince Victor Emmanuel, prince de Naples épouse en 1971 à Téhéran au temps du Shah d’Iran Marina Doria, championne de ski nautique et héritière d’une famille d’industriels. De cette union naît le prince Emanuele Filiberto, un jeune homme extrêmement sympathique qui a grandi à Genève avant de pouvoir fouler le sol de l’Italie pour la première fois en 2002.

Marié en 2003 à l’actrice française Clotilde Courau, il a deux filles Vittoria et Luisa. Par communiqué, leur grand-père le prince de Naples, cousin du roi Albert II, a fait savoir que dorénavant les règles de succession au trône (hypothétique) d’Italie seraient modifiées et que sa petite-fille Vittoria est dans la ligne de succession.

Cette annonce a déclenché l’ire de son cousin le duc d’Aoste qui estime que son fils Aimone, duc des Pouilles et marié à la princesse Olga de Grèce (fille de l’écrivain prince Michel de Grèce) est le successeur désigné.

Quoi qu’il en soit en république d’Italie, la princesse Vittoria qui vivait jusqu’alors en marge de la médiatisation, sera présente le 20 mars pour la cérémonie en hommage de son arrière-grand-mère la reine Marié José, cette grande résistante au fascisme, en l’abbaye de Hautecombe. Les derniers souverains italiens ayant été frappés par la loi d’exil (pas pour la reine Marie José) sont enterrés en Savoie française.

L’occasion pour le prince de Venise qui s’apprête à ouvrir un restaurant Prince of Venice à Venice Beach à Los Angeles, de poster une rare photo de la famille avec son épouse Clotilde Courau et leurs filles.

Deux petites princesses désormais titrées en plus de leur patronyme respectivement princesse de Carignan et marquise d’Ivrée ; princesse de Quiers et comtesse de Salemi.