Il était à Bruxelles, pour mettre au point les derniers détails du tournage du quatrième volet des aventures de Ducobu quand des trombes d’eau se sont abattues sur notre pays. Alors, puisqu’il a des amis à Liège – à Hony, dans la commune d’Esneux, l’une des plus touchées de Belgique – Elie Semoun a pris sa voiture, direction la Cité Ardente, pour aller prêter main-forte aux habitants sinistrés. “Ils me regardaient comme un extraterrestre”, sourit-il, attablé à une terrasse ensoleillée en ce 21 juillet. “Je pense que j’ai dû faire des selfies avec tous les habitants du village”.

Une histoire que le comédien et réalisateur a partagée sur ses réseaux sociaux. C’est ainsi qu’on le voit portant une brouette chargée d’un lourd tonneau ou encore en train de filmer des scouts et des riverains en train de partager, dans la bonne humeur, un repas improvisé. “Les rescapés des inondations gardent un esprit solidaire”, écrit-il. Et plus loin dans sa story, sur fond noir, “Un petit coup de main (ou de pelle) pour les sinistrés. Allez la Belgique”.

Mais le voici donc de retour à Bruxelles, où il va démarrer sous peu le tournage de Ducobu Président, dans la même école que celle qui avait accueilli l’épisode précédent, voici deux ans. À l’époque, Elie était horriblement stressé (c’était sa première réalisation). Cette fois, pas du tout. “Sauf par le temps”, confie-t-il encore. “Car nous avons une bonne partie à tourner en extérieur et le décor, construit dans la cour de l’école, est vraiment flamboyant sous le soleil…

Dans ce nouvel opus, du côté du corps enseignant et des adultes, on retrouvera les mêmes (Jugnot, Frédérique Bel, Emile Caen, François Levantal)… et une surprise. En revanche, sous le pull ligné de l’élève Ducobu et derrière les nattes de Léonie, on découvrira deux nouveaux enfants qui feront leurs premiers pas devant une caméra. Ces deux-là sont français mais le gros de la troupe a été casté en Belgique. Idem pour l’équipe technique. “Ducobu 3 est sorti juste après les gilets jaunes et juste avant qu’éclate la crise du Covid”, souligne Elie Semoun. “Ce qui ne nous a pas empêchés de faire plus d’un million et demi d’entrées. Le meilleur chiffre en France l’an dernier”.

Pour l’anecdote, tous les enfants auditionnés en Belgique mais qui n’ont pas été retenus pour les rôles les plus importants feront de la figuration dans la cour d’école. “Rien que durant les essayages des costumes, je voyais les paillettes dans leurs yeux”, sourit, serein, le réalisateur.

© Instagram

© Instagram