People Comme son idole, Brigitte Bardot, elle se lance dans le cinéma avec Une Fille facile. Rencontre avec une star bien dans sa peau.

La nostalgie des starlettes est encore très vivace à Cannes. Le Festival a connu ses premières scènes d’émeute, mardi soir, et les frères Dardenne n’y étaient pour strictement rien. Les cinéphiles les plus pointus avaient en effet jeté leur dévolu sur Une Fille facile, œuvre amenée à passer à la postérité puisque Zahia Dehar y effectue ses débuts en tant que comédienne. Des centaines d’amoureux du 7e art pointu, interdits de projection, n’ont pu assister à l’événement, faute de place, malgré 2 h d’attente. Autant dire que ça a chauffé. Aussi bien en dehors que dans la salle. Car dès la première scène, la caméra s’attarde langoureusement sur l’anatomie de l’ex-escort girl en monokini sur la plage. Une séquence répétée une vingtaine de fois (les galets en moins : faut pas lasser…) dans cet hommage à Et Dieu créa la femme teinté de 50 nuances de Grey.

(...)