Ils prennent la pose comme Miranda Kerr

Dom et Adrian, les deux fondateurs du label de mode australien Bondi Hipsters ont parodié le shooting très sexy de Miranda Kerr pour "GQ". Objectif : dénoncer l'hypersexualisation des mannequins. Drôlement subversif...

M.Le
Ils prennent la pose comme Miranda Kerr
©GQ

Pour son numéro du mois de mai, le magazine "GQ" britannique va offrir à ses lecteurs (majoritairement masculins) un shooting très sensuel de Miranda Kerr. L'ancienne égérie de Victoria's Secret y est photographiée presque nue dans des poses lascives.

Rien de neuf en soi. Juste un shooting sexy (et photoshoppé) de plus... destiné à éveiller quelques pulsions masculines en ce printemps avant de retomber dans l'oubli. C'était sans compter sur Dom et Adrian. Les deux fondateurs du label de mode australien Bondi Hipsters ont décidé de parodier ce shooting à l'identique. Pose, décor, regard... Tout y est. Les deux gaillards se sont aussi amusés à transformer l'interview. Ainsi quand Miranda, très volubile sur sa vie sexuelle et sa séparation récente d'avec l'acteur Orlando Bloom, confie " plus j’ai de relations sexuelles, plus mes bras et mon estomac sont dessinés", eux répondent plutôt : "Plus je fais l'amour plus je suis poilu".

Rien de bien plus qu'une blague potache de vieux copains mais le résultat est, avouons-le, plutôt bluffant et l'objectif louable. "Nous pensons que c'est un bon moyen de démontrer l'hypersexualisation du corps des femmes dans le monde de la mode", a précisé l'un des membres des Bondi Hipsters, au HuffPost UK. "Pour certaines raisons, dès que vous mettez un homme à la place, et qu'un homme parle des mêmes choses concernant la curiosité sexuelle et la masturbation, cela devient quelque chose de totalement différent de ce que l'on est habitué à voir dans les médias", explique-t-il.

Cette initiative rappelle celle de trois étudiants canadiens de l’Université de Saskatchewan, Sarah Zelinski, Kayla Hatzel et Dylan Lambi-Raine. En mai dernier, ils publiaient une vidéo où les rôles masculins et féminins de plusieurs publicités étaient inversés En montrant un homme allongé de façon aguichante ou une femme en train de dominer sexuellement un homme, ils voulaient interpeller le public sur les clichés sexistes présents dans les pubs. Et l'inviter à réfléchir sur la façon dont, de manière inconsciente et insidieuse, les publicités et les valeurs qu'elles véhiculaient pouvaient parfois influencer nos rapports sociaux.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be