Est-ce qu’il ne trouve pas assez de plaisir dans nos relations sexuelles ? Suis-je trop coincé(e) ? Découvrir que son conjoint regarde des vidéos X peut provoquer un sentiment de trahison, de dégoût ou de dévalorisation de soi. Pourtant…

L’avènement d’Internet a permis une diffusion sans précédent de vidéos à caractère pornographique. 25 % des recherches les concernent et un consommateur sur trois est… une consommatrice. Plus de la moitié de ces utilisateurs estime aussi que l’image de la femme y est dégradée. S’il existe une réelle face sombre de cette industrie du sexe, existe-il des "effets secondaires" positifs propres à ces consultations par des adultes ?

Le visionnage de films pornographiques n’est en tout cas pas corrélé aux problèmes sexuels de couple, révèle une étude réalisée aux Pays-Bas. Cela pourrait même avoir des effets bénéfiques. Regarder du porno ne relèverait pas tant de l’acte sexuel mais davantage des fantasmes. Et le porno est un bon moyen d’assouvir des fantasmes - parfois "hard" - qu’on ne souhaite pas pour autant réaliser. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’une personne semble apprécier des scènes "limite sado-maso" qu’elle souhaite les mettre en pratique. Ce qui ne l’empêche pas d’être excitée en les imaginant. Les vivre à travers des images permet en quelque sorte de "s’en libérer".

C’est un moment entre soi et soi qui n’a pas forcément à voir avec la relation de couple mais qui permet un lâcher-prise loin de toute pression. "Le porno c’est un des seuls endroits où il y a de tout et où il y a une ouverture des imaginaires", témoigne Jean-Sébastien (prénom d’emprunt), 24 ans. Un moyen de continuer à découvrir son corps et ce qui nous fait plaisir. Ce qui peut même apporter un plus lors des relations sexuelles avec son partenaire. Les images pornographiques peuvent donner certaines idées sur de nouvelles positions, fantaisies, etc. : "Sous certains aspects, le porno peut consister en une forme d’"éducation" sexuelle", confirme Jean-Sébastien. Même s’il faut être conscient que s’il s’agit d’une source d’idées, elles ne représentent pas la réalité. "Il faut vraiment dissocier l’acte sexuel dans un porno et l’acte sexuel avec son partenaire. L’écoute, le respect et l’amour sont essentiels dans ces moments", ajoute-t-il.

Un moyen de renforcer le couple

Discuter avec son partenaire de pornographie, et donc de ce qui nous attire, peut aussi renforcer les liens : "Avouer mes fantasmes à ma copine, c’était une vraie marque de confiance pour moi, et le résultat ça été un renforcement de notre couple." Même lorsque l’un des deux conjoints est réticent au visionnage de porno, cela peut être l’occasion de verbaliser des non-dits sur la relation amoureuse et sexuelle. À cette personne d’exprimer en quoi cette pratique l’inquiète : "Attends-tu plus de nos relations sexuelles ? Est-ce que tu t’ennuies avec moi ? Qu’est-ce qui t’excite dans ces images ?…" La clé reste le dialogue !

Du visionnage en solo à celui en couple

"J’ai regardé du porno pendant plus ou moins deux ans en étant avec ma copine dans les moments où j’étais seul et où je ressentais l’envie de me masturber", témoigne Mathieu. "J’en avais un peu honte." Finalement le couple brise le tabou lors d’un gage ou vérité. Ils apprennent qu’ils en regardent chacun de leur côté… Et décident de le faire ensemble. Une pratique à laquelle s’adonnent 55 % des couples selon une étude de l’Ifop. "Ça renforce la confiance et permet aussi d’illuminer des zones sombres trop souvent passées sous silence", conclut Jean-Sébastien.