Le 30 septembre 1955, alors qu'il se rendait à un rallye, pendant le tournage du film "Géant", James Dean meurt au volant de sa Porsche Spyder. A 24 ans. De son vivant, il était une vraie star, sa mort prématurée va faire de lui un mythe. Retour sur une vie passée à être un acteur enragé, hanté. Avant tout.


James Dean est mort alors qu'il avait 24 ans. Toujours aussi étonnant tant il semble toujours là depuis 60 ans. Acteur à la gueule d'ange, son souvenir se perpétue grâce aux photos incroyables de Dennis Stock qui l'a longuement suivi. Le charme insolent, le beau gosse de Hollywood semblait avoir la liberté et la confiance des audacieux chevillée au corps. Il inspire encore aujourd'hui les mondes de la mode, du cinéma et beaucoup d'anonymes. Preuve étant la sortie tout récente du film « Life » d'Anton Corbijn.

Jamie Bell, le James Dean de "Life"

© Reporters


La mèche brushée, la moue boudeuse, le corps aigu, la pose désinvolte et une éternelle cigarette aux lèvres ou au bout des doigts, James Dean a profondément marqué son époque alors qu'il incarne Caleb Trask dans "A l'Est d'Eden", Jim Stark dans "La Fureur de Vivre", et Jett Rink dans "Géant". Un génie dramatique qui a pris racine dans son enfance. James Byron Dean est né à Marion dans l'Indiana, le 8 février 1931, de Winton et Mildred Dean. Son passe-temps favori consiste à improviser des pièces de théâtre avec sa mère à l'aide de figurines et d'une scène miniature. Mais sa mère meurt de cancer, l'enfant n'a que neuf ans. Elle l'a toujours poussé vers le haut. Il se jette à corps perdu dans des rôles et des interprétations hantées, presque animales, que ce soit dans des associations caritatives ou au lycée.


Il part rapidement à New York et Los Angeles à la recherche de rôles au cinéma. Le mythe est tout près de naître... Pourtant «Il ne possédait à peu près aucun des canons de l'époque. Il était mal fichu, un peu voûté. Ses cheveux, c'était n'importe quoi. Sauf qu'il dégageait une énergie que je qualifierais de sexuelle.» C'est Tennessee Williams qui parle ainsi du jeune blond * dont il a fait connaissance alors qu'on lui a chanté ses louanges! On a du mal à la croire quand même...

1955, époque "Fureur de Vivre"

© Reporters


Sa vie perso, en revanche, n'est pas un succès. La seule histoire d'amour passionnelle qu'on lui reconnaisse, c'est avec une autre étoile, Pier Angeli. Elle est brève et se termine mal, la belle Italienne le quitte sous la pression maternelle (James Dean n'est pas croyant et elle ne supporte pas ses mauvaises manières) pour en épouser un autre, quelques mois plus tard. La blessure sera profonde pour le jeune homme, abandonné, à nouveau. Des femmes, il attend qu'elle soit ses mentors et il entretient une relation intellectuelle très particulière et forte avec Liz Taylor. A sa mort, il partageait la vie de Ursula Andress. Avant, il avait vécu une courte histoire avec l'actrice Maila Nurmi, l'une des premières à révéler la bisexualité de James Dean aux journalistes. Des hommes qui ont traversé la vie de l'acteur, il y en a eu, même si tout a été fait à l'époque pour gommer ses histoires, l'homophobie étant réelle dans les années 50. Au-delà de ça, James Dean, à fleur de peau, était-il vraiment doué pour... le bonheur ? On ne le saura jamais, faute de temps.

Pier Angeli avec James Dean

© Reporters


James Dean est aussi un coureur automobile passionné. En quête d'absolu, il n'a de cesse de se faire peur au volant de monstres automobiles, surpuissants. Une fin d'après midi, au volant de sa Porsche Spyder, (alors qu'il tourne "Géant") il va rencontrer la mort au carrefour des routes de Californie 466 et 41. Sa voiture entre en collision avec une Ford Sedan, alors qu'il se rendait à un rallye. A 17h45 le 30 septembre 1955, C'est la mort d'une vraie star. L'émotion sera considérable.

Dans sa Porsche Spyder

© Reporters

* dans le livre de Philippe Besson "Vivre vite", Ed Juillard