“Prenez soin de vous et des autres”, le nouveau “cordialement”

Psycho

E.W.

Publié le - Mis à jour le

“Prenez soin de vous et des autres”, le nouveau “cordialement”
© Rodolfe Sanchez Carvalho / Unsplash

L’expression "prenez soin de vous et des autres" est toujours plus d’actualité.

Prenez soin de vous !" : c’est la formule qui remplace le "cordialement" écrit ou le "allez salut" oral et que l’on entend ou lit depuis quelques mois.

Et quand on y pense, prendre soin de soi et des autres pourrait bien radicalement changer nos vies mais aussi la société, rien de moins. C’est tout le propos d’un livre, sorti fin 2019, Prendre soin de la vie, de soi, des autres et de la nature" et qui résonne comme jamais dans notre monde bouleversé.

Mais comment peut-on faire ? Est-ce que cela sert à quelque chose de souhaiter individuellement un monde meilleur, plus solidaire ? Oui ! affirme Ilios Kotsou, maître de recherches en psychologie sociale qui a initié ce livre choral, écrit avec la psychologue Caroline Lesire, le philosophe Alexandre Jollien, le penseur, essayiste et photographe Matthieu Ricard, le psychiatre Christophe André, Gauthier Chapelle, ingénieur agronome et docteur en biologie, Steven Laureys…

"Dans tous les domaines, des gens se mobilisent, il existe des initiatives individuelles ou collectives. L’effort n’est pas forcément une corvée, il peut être joyeux, comme le dit le philosophe Alexandre Jollien . C’est de tout cela qu’il faut nous inspirer. Pour nous soutenir et nous entraider", explique-t-il.

Et c’est certainement ce que sont venues chercher les 18 000 personnes qui ont suivi les rencontres quotidiennes sur la page Facebook qu’Emergences (l’association proposant des cours de pleine conscience et de méditation qu’il a fondée avec Caroline Lesire à Bruxelles) a lancé lors du confinement. "Prendre soin de soi, c’est commencer par se comprendre et comprendre avant tout notre interdépendance entre nous humains, mais aussi avec la nature !", exprime Ilios Kotsou, "Cela ne date pas d'hier, le "Connais-toi toi-même" de la philosophie grecque était loin d'être nombriliste, c'était une façon de prendre sa place de citoyen dans la cité mais aussi dans ce qui nous entoure"

Les conférences-interviews continuent jusqu’à fin juin.

Le "care" et l'"écopsychologie"

Quant au livre c'est une ode au "care" cette notion qui parle de la sollicitude, la gratitude, le souci d’autrui et qui met en avant les valeurs de responsabilité et de solidarité. On y incite à "vivre meilleur plutôt qu'à vivre mieux". Les contributions pourtant écrites avant la crise qui nous frappe sont pleines de solidarité, on y parle de la méditation non pas comme un moyen de retraite intérieur qui serait l'apanage d'une poignée d'élus mais bien comme une pratique simple offrant d'entrer plus facilement en contact avec l'autre, "d'être davantage présent au monde". Avec des exemples, des petits exercices pratiques, mais surtout la belle vivacité partageuse des intervenants, l'ouvrage nous permet simplement de repenser à la compassion, "de redécouvrir à quel point l'homme est un animal social, de culture, d'histoires et de récits", comme le relève Ilios Kotsou.

Ces professionnels mettent le "care" au coeur de tout mais y développent aussi une autre approche nouvelle et inspirante : l’écopsychologie, un champ d’investigation et d’action "au carrefour de l’écologie et de la psychologie, qui questionne les relations entre les humains et leur environnement et vise à les rendre plus harmonieuses".

De cette lecture, on ressort en se disant que décidément, un monde plus doux existe malgré tout. Et par les temps qui courent, ça fait sacrément du bien !

Extraits de "Prendre soin de la vie, de soi, des autres et de la nature"

© DR

  • "Lors de recherches et d’expérimentations scientifiques, des jeux ont mis en évidence que, lorsque les hommes doivent réagir très rapidement à une situation de pénurie, ils privilégient plutôt l’entraide. En revanche, si on leur donne le temps de réfléchir, ils s’orientent davantage vers des comportements égoïstes". (Gauthier Chapelle)
  • "La vie est peut-être sans remède, mais ce n’est pas forcément grave, catastrophique. « La vie, c’est sans espoir », martèle Chögyam Trungpa. Et, en effet, il n’est peut-être pas de remède à l’existence, ni de solution à ses aspects tragiques. Dès lors, je trouve apaisante l’invitation à « guérir de l’idée de guérir ». Comment ? Précisément, en s’appuyant sur le réel, en prenant grand soin de soi, des autres, de la vie" (Alexandre Jollien)
  • Ne plus se regarder donner pour n’être que pur don, voilà le grand défi ! (Alexandre Jollien)
  • A propos de l'Intelligence artificielle : "Il ne s’agit pas tellement d’ajouter plus d’années à la vie mais plus de vie aux années (Steven Laureys)
  • "La réification du monde commence par le sentiment d’un moi que nous imaginons siéger au cœur de notre être sous la forme d’une entité autonome". (Matthieu Ricard)

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info