Que du contraire, la barbe serait porteuse d'un pouvoir antibiotique puissant, au point que des journalistes osent lui donner le nom de « barbicilline ».

Les études se suivent et ... se contredisent. Souvenez-vous, au printemps dernier, une analyse scientifique enflammait la toile à propos du fait qu'embrasser un barbu équivalait presque à embrasser la cuvette des toilettes. Oui évidemment, on trouve des bactéries dans la pilosité du visage (dans les cheveux aussi, en dessous des ongles, sur les lèvres, etc.), ça personne ne le contredira. Mais, est-ce vraiment pour autant qu'on puisse parler de « saleté » au point de causer des ennuis de santé à soi et aux autres ? Selon des recherches plus anciennes, c'est totalement l'inverse. Ces fameuses bactéries sembleraient plutôt posséder un effet antibiotique, qui intéresse de près la médecine.

Des journalistes de l'émission Trust me I'm a doctor sur la BBC ont décidé d'enquêter suite aux dires de cette étude publiée en mars dernier, interpellante pour les hipsters et leur entourage. Ils sont tombés sur ces recherches bien plus sérieuses publiées en 2014 dans le Journal of Hospital Infection. Un échantillon de 408 personnes, barbues ou non, avait été analysé. Tous travaillent dans des hôpitaux, lieu où se génèrent les bactéries les plus résistantes. Les scientifiques cherchaient par quel canal se transmettaient justement les infections telles que le staphylocoque doré. Résultat : on en trouve jusqu'à trois fois moins chez les barbus que chez les autres. Visiblement, le rasage cause quant à lui des micro-abrasions de la peau, ce qui la rend plus sensible aux mauvaises bactéries. Et en milieu hospitalier, raser les poils est une opération quasi systématique avant un acte chirurgicale.

La barbe, un antiseptique ?

Seulement, les journalistes n'estimant pas cette raison totalement concluantes ont envoyé des volontaires chez un microbiologiste de l'Université College de Londres. Le scientifique a déniché un bon paquet de bactéries dans les barbes, une centaine environ. Mais sa trouvaille intéressante, c'est sans doute un microbe tueur de mauvaises bactéries du nom de staphylococcus epidermidis. Rien ne lui résiste, pas même les bactéries qui se familiarisent avec les antibiotiques. L'équipe de la BBC plaisante avec le terme de « barbicilline », mais si cette étude présente encore de nombreuses lacunes scientifiques, elle peut déboucher sur d'autres recherches plus approfondies. En attendant, les amoureuses de barbus et les hipsters peuvent donc se rassurer...