C'est (malheureusement) à la suite d'un débat entre Marco Rubio et Donald Trump que cette idée reçue est revenue sur le devant de la scène.


La corrélation entre la taille des mains et celle du pénis est réapparue sur le devant de la scène publique. Dans la bouche de Donald Trump, oserait-on dire (il l'a bien mérité, cf le machisme du 8 mars). On vous explique. Le 29 février, Marc Rubio, l'adversaire du candidat républicain argumente que les mains du milliardaire (qui a l'habitude de l'appeler « le petit Marco » durant ses meetings) sont toutes petites. « Vous savez ce qu'on dit des hommes avec des petites mains ? On ne peut pas leur faire confiance » faisant allusion à un article du magazine « Spy »  qui avait défini Trump comme un "rustre aux petits doigts". Le magnat des affaires pensant directement à l'idée reçue que taille des mains et du sexe était liée n'a pas tardé à défendre sa virilité, tout content, avec force gesture non équivoque en assurant « qu'à ce niveau là je n'ai aucun souci ! »

Outre le fait que le niveau -1 du débat politique a été atteint, le magazine Quartz a cru bon de prendre cette sortie au pied de la lettre et de s'intéresser de près aux études faites sur la corrélation entre taille des mains et taille du pénis.

L'article met en avant une étude coréenne publiée en 2011 dans l'Asian Journal of Andrology.

144 hommes se sont prêtés à cette recherche dont il ressort qu'il existe bien une corrélation entre non pas la taille des mains mais la taille des doigts et celle du pénis. En résumé, si l'index est plus court que l'annulaire, l'homme aura tendance à avoir un pénis en moyenne plus grand . En revanche, si l'annulaire et l'index font à peu près la même taille, le pénis aura tendance à être en moyenne plus petit. Tout est donc question de ratio entre l'index et l'annulaire.

Mais pourquoi cette corrélation ? C'est Pierre Barthélémy, relayé par Slate.fr , sur son blog Globule et télescope qui avance la réponse : « Les chercheurs estiment, sans en être complètement certains, quIl pourrait s’agir là d’un indice du taux d’exposition prénatale aux androgènes. Pour le dire clairement, ils pensent que plus le fœtus a fabriqué d’hormones androgènes, plus cela se verra dans le rapport entre ces deux doigts. En effet, le développement des membres (y compris celui des doigts et des orteils) est contrôlé par les mêmes gènes que ceux qui s’occupent du développement du système génital ».