Etre dans l’entraide, ça donne le moral !

Deux réseaux d’entraide ont été passés à la loupe et ce n’est que du plaisir à la clé.

E.W.
Etre dans l’entraide, ça donne le moral !
©Shutterstock

"J'apporte un regard de gentillesse sur les choses. J'aime beaucoup les gens, il y a de l'humanité dans des réunions comme ça, surtout ceux qui sont mis à part des autres. Je donne et je reçois autant que je donne". Voici un des multiples commentaires qui ponctuent l'évaluation d'impact réalisée auprès des participants des réseaux d'entraide bruxellois Het BuurttPensioen/Pens(i)onsQuartier et Bras dessus Bras dessous, deux réseaux qui se concentrent sur la lutte contre l'isolement et la solitude des personnes âgées.. Une étude lancée par la plateforme de soutien aux réseaux d'entraide Samen Toujours.

Une évaluation qui montre à quel point la participation à un réseau local "a un impact fort, à très fort", sur la santé mentale (76 %) et physique (62 %) des personnes impliquées. Les rencontres et les échanges influencent aussi le regard porté sur le monde (59 %) et renforcent le sentiment d’implication dans le quartier (54 %). résultat : une meilleure cohésion sociale !

Surtout que le cercle vertueux ne s’arrête pas là : la moitié des personnes disent rejoindre le réseau dans le but d’aider mais elles remarquent vite qu’elles reçoivent quelque chose de positif en retour : 77 % le confirment. En fait, il s’avère que la distinction entre aidés et aidants n’est pas vraiment le cœur du dispositif, la dynamique c’est le don, l’entre-don on pourrait dire.

C’est le lien social et le sentiment d’utilité qui prédominent donc les implications dans ces réseaux d’entraide. Les participants estiment que les principaux bénéfices qu’ils reçoivent sont de faire de nouvelles connaissances (63 %), aider des personnes (59 %), se sentir utile (58 %), faire de nouvelles activités (51 %), avoir un engagement peu contraignant (41 %) et de créer des contacts interculturels (41 %). Et à plus de 60 %, de nouveaux liens naissent qui s’épanouissent hors du réseau.

"En développant leurs actions à un niveau très local, les réseaux d'entraide assurent ainsi une présence physique sur le terrain, en coopération avec des partenaires et les acteurs de l'aide et des soins formels. Ce faisant, ils peuvent jouer au mieux leur fonction de détection des besoins, en repérant notamment les personnes les plus en rupture de liens sociaux et à risque de décrochage institutionnel", estime Marie De Brouwere, de Samen Toujours.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be