Relations

L’intelligence relationnelle, est à mon sens, l’une des plus importantes à cultiver. Nous sommes tous les jours constamment en relation avec les autres, au boulot, à la maison, à l’école, dans la rue, dans les magasins, en famille, entre amis, avec des inconnus, des nouveaux clients,… Il est impossible (ou en tout cas vraiment très compliqué) de ne pas être en relation. C’est pourquoi je considère que cette intelligence est L’intelligence à travailler.

En plus d’être en relation avec les autres, nous sommes aussi en relation avec nous-même. Je vous expliquerai dans cet article à quel point la connaissance de soi et l’amour de soi sont des piliers essentiels d’une vraie intelligence relationnelle.


Qu’est-ce que l’intelligence relationnelle?

C’est la capacité que nous avons à comprendre l’autre, à nous adapter aux situations et aux personnes que nous rencontrons et à faire taire notre ego au profit de nos relations, de notre relation aux autres et de notre relation à nous-même.

Elle nous permet de vivre des relations plus sereines, plus harmonieuses et plus simples. Si l’on applique ses principes, nous avons la garantie que nos relations n’en seront que plus joyeuses.

Les principes qui vont suivre sont issus de mon expérience et des apprentissages que j’ai faits jusqu’ici.


Quels sont les principes de l’intelligence relationnelle?

Selon moi, il y a 5 principes à l’intelligence relationnelle. Chacun d’entre eux se travaille, s’entraîne, s’apprend, se cultive, se pratique. Certains d’entre vous en appliquent peut-être déjà, d’autres pas du tout. Mais il n’est jamais trop tard pour s’y mettre et ces principes ne sont pas acquis une fois pour toutes, il faut constamment les entraîner. Les voici…

Lâcher l’ego

En d’autres termes, cela signifie : ne pas prendre les choses personnellement. Il arrive que nous soyons au cœur de tensions relationnelles déclenchées, en apparence, par cet autre qui est acteur de la relation. En fait, il n’en est rien. Ce qui déclenche les tensions relationnelles c’est ce que l’autre nous renvoie de nous-même. Et inversement. Ce que les autres disent et font, ne sont qu’une projection de leur propre réalité. Ainsi, quand quelqu’un vous blesse avec des mots, ceux-ci ne sont que le reflet de lui-même. Si ses mots vous touchent, il est possible que ce soit parce qu’ils sont le reflet de quelque chose que vous n’avez pas encore réglé.

Dissocier l’autre de ses comportements

Cela ne veut pas dire accepter les comportements nuisibles de l’autre. Mais il est important de bien faire la différence entre l’autre et ses comportements. Jacques Salomé dit « Le tu, tue ». Cela veut dire que si l’on assassine l’autre à coup de « tu » dévastateur, nous nous attaquons à son identité, à ce qu’il est. Tandis que si nous évoquons ses comportements, nous faisons référence à ce qu’il fait. Ce qui est beaucoup moins inconfortable pour l’autre. Dans le même genre, évitez la lecture de pensée et les suppositions. Vous serez forcément à côté et vos pensées et vos croyances dirigeront la relation, ce qui est généralement le moyen le plus efficace pour aller droit dans le mur.

Voir les tensions relationnelles comme des occasions d’apprendre

Partez du principe que chaque relation existe pour une bonne raison et, notamment, pour vous enseigner quelque chose. Si vous vous placez en tant qu’observateur de la relation, vous verrez plus vite l’apprentissage que vous avez à faire. Cela peut être apprendre à mettre vos limites, à vous respecter, à vous aimer, à faire de vous une priorité, à faire un deuil, à pardonner, à accepter,… Apprendre à travers vos relations est un pas de plus vers la connaissance de soi. L’un des principes fondamentaux de l’intelligence relationnelle. Aucune relation, aucune rencontre n’arrive par hasard.

Se connaître

Lorsqu’on se connaît bien, on sait très vite ce qui nous appartient et ce qui appartient à l’autre. De cette façon, nous ne reprochons pas à l’autre les choses qu’il nous appartient de régler. Nous ne le rendrons pas responsable de nos conflits intérieurs et saurons que si nous ressentons une émotion (positive ou négative) c’est simplement parce que cela vient toucher et révéler quelque chose en nous.

Ne pas juger l’autre

On ne connaît pas son vécu, son expérience. Dans le même ordre d’idées, la lecture de pensées est à éviter. Vous serez forcément à côté… Juger cela équivaut à faire une évaluation de que ce qui est bien et mal. Chacun vit les choses à sa façon et les jugements de valeur sont à proscrire.


Suivez Julie Arcoulin sur Facebookwww.juliearcoulin.com