Être en couple demande des concessions, et parfois même des sacrifices. À tel point que certains vont jusqu’à dire que le mariage réclame un travail quotidien.

Entretenir la flamme, travailler son couple, réinventer son intimité… Quelle que soit la formule, elle n’est pas magique : faire durer son couple ne coule pas toujours de source. Chez les scientifiques, le sujet a déjà fait couler beaucoup d’encres, dont récemment celle d’un chercheur américain de l’université du Maryland spécialisé dans l’étude des couples sur le long terme. Après avoir rappelé qu’être en relation n’est pas une compétence innée – cela s’apprend, comme les mathématiques, certains ont la bosse, d’autres non – il insiste sur le fait qu’une relation de couple, c’est un peu comme une carrière. Il faut beaucoup de travail, de temps et d’engagement pour la réussir, mais si elle nous épanouit et nous donne assez de satisfaction, nous n’avons pas vraiment l’impression d’y travailler… Ou en tout cas, ce travail-là est agréable.

Il donne l’exemple d’un pâtissier qui aime faire des gâteaux et des cookies : il lui faut passer par tout le processus de production, de marketing et de vente – ce qui est un sacré boulot qui prend du temps. C’est contraignant. Il doit être productif, et convaincre sans cesse les autres que son travail a de la valeur. Mais s’il a de la passion pour ce qu’il fait, ce processus a du sens pour lui.

C’est ce que les psychologues appellent l’immersion complète : quand la passion et l’épanouissement que nous procure notre travail nous permet d’abattre des montagnes de boulot, et de nous concentrer sans effort pendant des heures sur notre tâche. Travailler n’est plus travailler, même si cela reste du boulot.

À cet égard, il estime que les relations de couple qui durent ressemblent fort à une carrière : elles réclament notamment des concessions, une certaine constance, un engagement certain, et du soin. Qui ne sont pas vécus comme problématiques si l’épanouissement suit.

Force est de constater que les dernières données en terme de sexualité des couples établis vont dans le même sens : le désir aussi, ça se travaille. Pas étonnant quand on sait que, selon une étude récente menée aux États-Unis, 80 % des couples connaissent des périodes où leur désir n’est pas sur la même longueur d’onde. Ces fluctuations de libido et pertes de complicité sont on ne peut plus normales quand un couple dure : son degré d’intimité est fortement influencé par les événements de vie. Prendre soin de son couple passe donc aussi par travailler son intimité, afin qu’elle reste épanouissante pour l’un et pour l’autre.

Les clefs d'Alexandra

Vous vous souvenez très certainement des premiers mois de votre relation : vous ne pouviez pas vous passer l’un de l’autre, et vous ne vous lassiez pas de vous étreindre passionnément. C’est ce qu’on appelle l’effet “lune de miel”. Pour de nombreux couples, cet effet s’estompe après quelques mois. Et c’est là que le vrai engagement commence : il s’agit d’entretenir le désir. Voici quelques conseils pour y parvenir tout en s’amusant.

- Déjouez la routine. Au fil des ans, un couple construit sa zone de confort : dans le lit, en missionnaire, le samedi,… Autant d’habitudes qui rendent la chose moins savoureuse. Faites différemment, cela ne fera que donner du piment à vos ébats.

- Ne vous reposez pas sur vos lauriers. Vous pensez connaître les goûts et les fantasmes de votre partenaire ? Détrompez-vous : notre imaginaire sexuel évolue au fil du temps. Explorez régulièrement de nouveaux horizons sous la couette, vous n’en serez que plus complices.

Faites un effort. Fatigue, stress, lassitude… Parfois, notre état d’esprit nous empêche de profiter des bonnes choses. C’est dans ces moments-là qu’entretenir l’intimité de son couple peut paraître plus difficile. Souvenez-vous : en termes de sexualité aussi, l’appétit vient en mangeant. Même si se mettre à table peut parfois sembler éreintant…

Retrouvez toutes les clés d’Alexandra sur son site : www.sexopositive.be