Ils sont pointés du doigt et nous les utilisons régulièrement sans nous rendre compte. Les perturbateurs endocriniens, ce sont ces substances chimiques (parabènes, bisphémol A, phtalates, etc.) qui interfèrent avec la régulation hormonale. Selon une étude française, on les retrouve dans 40% de nos produits d'hygiène-beauté, avec en tête les vernis à ongles et autres produits de maquillage, mais aussi les shampoings, déodorants et dentifrices. Même à faible dose, on les soupçonne de dérégler la fertilité et d'être entre autre responsables de cancers dits « hormono-dépendants » (sein, prostate). La Commission européenne doit réglementer, mais, malgré les demandes du Parlement, il n'en est toujours rien.

Du coup, une association tire la sonnette d'alarme. Il s'agit de Générations Cobayes en France. Elle vient de lancer une campagne pour « protéger ses hormones » et atteindre « l'éco-orgasme » chez les jeunes générations, souvent mal informées. L'objectif? Pousser les fabricants de préservatifs, de lubrifiants et de produits intimes à détailler la composition des flacons sur l'emballage. Cette information au consommateur n'est pas obligatoire, contrairement à la cosmétique. " Le mouvement réclame davantage de transparence sur les ingrédients utilisés et lance une pétition à destination des fabricants en ce sens ", explique le coordinateur de l'association, Damien Hensens. Mais elle ne s'arrête pas là bien évidemment.

Les 7 commandements de l'éco-orgasme

Dans un dépliant (et sur son site) , Générations Cobayes mentionne les « sept commandements de l'éco-orgasme » à l'attention des jeunes. Sur un ton humoristique, l'association conseille notamment les capotes en latex naturel, les lubrifiants à base d'eau, mais aussi de surveiller les étiquettes des produits cosmétiques, d'éloigner le smartphone de ses parties génitales (ce n'est pas de la blague!), d'éviter les OGM, d'aérer sa chambre avant les rapports sexuels et de choisir une literie écologique, etc. Elle s'attaque également aux jeux érotiques culinaires, parce que sans additifs alimentaires, c'est toujours meilleur (pour la santé).