Relations Il mord, il tape, il griffe, il piétine et trépigne, il hurle, il pince… Pourquoi un enfant très jeune adopte-t-il ce type de comportement ? La chronique de Nathalie Vancrayenest, coach parentale et scolaire.


L’agressivité des tout-petits s’inscrit dans leur développement.Fréquente à l’âge préscolaire, cette agressivité est liée à l’impulsivité, à la non-maîtrise du langage des enfants et à l’apprentissage de la frustration, elle laisse parents et professionnels de la petite enfance démunis. Comment réagir et prévenir l’agressivité chez les bébés et les enfants en âge préscolaire ?

L’enfant en bas âge agit de manière agressive par compulsion, il n’a pas la volonté de blesser celui à qui il adresse ce comportement. Il agit de manière impulsive sans volonté de faire mal, pour satisfaire son envie, son besoin. La violence apparait à partir du moment où l’enfant fait mal à l’autre consciemment, lorsqu’on y met une intentionnalité.


L’âge de l’enfant nous renseigne sur la cause du comportement agressif

Le bébé de moins d’un an n’a pas la maîtrise du langage. Comme chez lui une grande partie des expériences passent par la bouche, il mord indifféremment sa girafe, le tapis d’éveil, le bras du copain, votre doigt.

Entre dix-huit mois et deux ans, l’enfant rentre dans la phase du « non ». Le « non » lui permet de s’affirmer pour la première fois de sa vie: mordre, taper… sont des formes d’opposition qui lui permettent de s’exprimer, de prendre sa place.

L’agressivité des enfants va culminer entre deux et trois ans, à l’entrée en classe maternelle. La vie en collectivité augmente les frustrations, les attentes. L’espace restreint des classes et même le bruit favorisent l’agressivité des enfants.

Celle-ci disparait normalement avec l’acquisition du langage. Elle devient plus rare après 3 ans, sauf lorsque l’école est le premier des lieux collectifs fréquentés par l’enfant jusqu'à présent. Dans ce cas, il n’a pas l’habitude de partager avec d’autres et/ou il n’a jamais eu à respecter  la règle.

Quand il perdure après les vacances de Pâques de la première année de scolarité, ce mode d’expression des émotions et des frustrations peut traduire un malaise chez lui...


Pourquoi les enfants adoptent-ils ce type de comportement ?

- L’agressivité permet à l’enfant de s’affirmer, de trouver sa place. Il montre son affection en prenant votre vocabulaire affectif très au sérieux : « je vais te manger de baisers », « je vais te croquer ».

- Il reçoit peu d’attention, les adultes prennent peu en considération ses besoins affectifs. Un enfant dont les besoins affectifs ne sont pas entendus éprouvera moins d’empathie pour les autres. De plus, l’agressivité permet d’attirer l’attention des adultes et l’attention négative vaut mieux que l’indifférence.

- Il éprouve des difficultés à partager ses jouets et/ou ses parents en cas de naissance d’une petite sœur, d’un petit frère.

- Il imite des comportements qu’il a vus et entendus à la maison, chez d’autres enfants, chez les adultes. Il considère ces comportements comme acceptables et normaux.

- Il est exposé à la violence conjugale, il subit de la violence : punitions régulières et sévères, celles-ci augmentent son agressivité.

- Un changement majeur intervient dans sa vie : le deuil, la séparation , il exprime son incompréhension, son manque de sécurité par de l’agressivité.

- Il vit une période d’hyperstimulation. Les trop nombreuses activités, le bruit et les sollicitations en tout genre le surexcitent.

- Les parents, l’enseignant n’ont pas fixé de cadre structurant, les règles et les interdits n’existent pas et/ou ils sont implicites.

- Ses comportements agressifs sont récompensés, les parents cèdent ou se coupent en quatre pour éviter ses crises.


Comment réagir ?

- Réagissez en nommant l’interdit « On ne mord pas les copains, sa maman ! On ne pousse pas !… »

- N’accordez pas trop d’importance aux comportements agressifs.

- Consolez l’enfant blessé, l’enfant agressif comprendra que son comportement ne lui apporte pas l’attention qu’il désirait.

- Faites appel à son empathie « Tu te souviens lorsque X t’a tapé ? Cela t’a fait mal, tu as pleuré ». « C’est pareil pour Y, ça lui a fait mal. »

- Aidez-le à mettre des mots sur ses émotions à partir de ce que vous percevez.

- Utilisez la réparation, car la punition, le retrait ne servent pas à apprendre les bons comportements ! Les enfants de cet âge n’ont pas la capacité de réfléchir à leurs comportements. Calme et fermeté !

- Offrez-lui un câlin lorsque l’enfant blessé est consolé et repart jouer.

- Évitez d’hurler sur l’enfant, de lui infliger le même comportement, il ne comprendrait pas pourquoi lui ne peut pas. Et l’adulte validerait son comportement, puisque fâché cet adulte mord, tape, pousse….

- Attention, aux petites phrases lourdes de conséquences sur l’estime de soi « tu es méchant », « tu es un bébé ». Ces petites phrases enferment l’enfant dans une identité qui ne doit pas lui coller à la peau .


Comment prévenir ?

- Soyons des modèles pour nos enfants, nos réactions face à la frustration leur servent d’exemple. Si vous avez du mal à gérer la frustration, la colère, il prend exemple sur vous !

- Développer le vocabulaire émotionnel avec au moins les quatre émotions de base : joie, peur, colère, tristesse. Les émotions plus complexes se grefferont sur elles plus tard.

- Renforcez les habiletés sociales de l’enfant en l’aidant à demander, non à prendre.

- En classe maternelle, dans la fratrie expliquez de manière très explicite la règle « on ne fait pas mal aux autres ».

- Rappelez les règles régulièrement, donnez des consignes claires sur les comportements désirés, aménagez un lieu où l’enfant peut jouer sans s’entendre dire constamment « non », « pas ça »… c’est frustrant et la frustration augmente l’agressivité. Redirigez-le vers les activités autorisées.

- Lisez des histoires sur la colère et l’agressivité, discutez des émotions, demandez aux enfants d’inventer la suite de l’histoire.

- Le jeu libre, les jeux d’inversion peuvent aussi aider l’enfant à limiter leur agressivité. Les jeux de bagarre sont normaux chez les enfants, à l’adulte de les codifier.

- Félicitez l’enfant lorsqu’il contrôle son comportement, les enfants agressifs ont souvent besoin de beaucoup d’attention.


Et si votre enfant subit les assauts d'agressivité d'un autre enfant, n’intervenez jamais directement en interpellant l’enfant agressif. Aidez votre petit à verbaliser ce qu’il ressent, à dire à l’autre « non, ça fait mal » : les enfants restent souvent sidérés face à l’agressivité et ne réagissent à la douleur que par des pleurs et non par un éloignement.


>>  Grandir en confiance ce sont des conférences, des ateliers et des consultations individuelles pour des parents et des enfants bien dans leurs baskets et leur tête !

>> Pour aller plus loin :

Au cœur des émotions de l’enfant, Isabelle Filliozat, Marabout, 2007

J’ai tout essayé ! Isabelle Filliozat, Marabout 2013

La violence chez les tout-petits, Danielle Marcelli, Stéphanie Eligert, Bayard, 2010