Relations Une enquête conduite auprès de plus de 45.000 travailleurs entre 2016 et 2018 montre clairement que les comportements agressifs ne sont pas si rares au boulot.


"J'avais ma tête tout près de la sienne, comme dans les films. Mon énervement était tel que j'ai eu senti une montée de rage et j'ai failli le frapper. A la place... je l'ai poussé assez violemment et je suis parti, ça me piquait les yeux", se souvient Eloi L. qui travaille dans le domaine de l'import export. Son nouveau chef, voulant marquer sa position hiérarchique sans avoir encore tout le know-how, ouvrait régulièrement son courrier, venait l'écouter lors de ses appels professionnels, le conduisait dans ses retranchements, pour apprendre de son subalterne tout en lui faisant comprendre "qui était le chef".

L'employé, poussé à bout, a vu rouge. En fin de journée, les deux, assez ébranlés par l'altercation ont réussi à se parler de manière plus constructive, personne n'a porté plainte aurpès de la hiérarchie et peu à peu les relations de travail ont réussi à être professionnelles sinon cordiales. "Son comportement intrusif m'a mené hors de moi et pour un peu, j'aurai pu me faire virer alors que je ne suis pas du tout agressif", déplore encore Eloi.

1.3% en est victime chaque semaine !

La violence en réaction mais aussi les insultes gratuites, les offenses, les menaces avec violences physiques : la pente semble être glissante concernant les comportements agressifs au travail. C'est ce que montre une enquête de l'IDEWE, groupe spécialisé dans les services en matière de prévention et de bien-être.Menée auprès de 45 000 travailleurs entre 2016 et 2018, 1 participant sur 9 (11,4 %) indique avoir été confronté à un comportement agressif sur le lieu de travail au cours des 6 mois précédant le moment où ils ont répondu à cette enquête.

Mais un comportement agressif, c'est quoi ? Et qui en est le plus victime ? (...)