Relations

Ces symptômes qui sont rarement des maladies peuvent affecter la vie quotidienne de manière insupportable. Une sophrologue, associée à une sage-femme et un kiné, a développé une méthode globale pour faire face à la pollakiurie, à l'incontinence d'effort et d'urgence. Rencontre.


Les problèmes de vessie concernent 1 femme sur 5 au-delà de 18 ans et 1 homme sur 2 à partir de 50 ans. Un vrai problème de société dont on ne parle que très peu. La partie émergée de l'iceberg est l'incontinence, souvent attribuée aux personnes âgées, ou encore les soucis de prostate chez les hommes qui peuvent avoir des mictions difficiles, même douloureuses, et parfois des fuites.

C’est un problème lourd et contraignant, que l’on ose peu confier. Pourtant, il est nécessaire d’en parler d’abord à son médecin, pour qu’il puisse écarter ou traiter une éventuelle pathologie. Marie-Pierre Charent est sophrologue. Elle aide des patients stressés à développer leurs propres ressources pour dépasser leurs problématiques. Et dans son cabinet, les langues se délient... Elle a ainsi rencontré des personnes désespérées par une vessie hyperactive, des fuites d’effort, urgences nocturnes, hypertrophie bénigne de prostate...

Des troubles plus que des maladies, comme la pollakiurie qui se définit par une fréquence anormalement élevée des mictions, s’accompagnant parfois de nombreux réveils nocturnes, voire d’épuisement. Parmi les facteurs de risque les plus fréquemment associés à la vessie hyperactive, on retrouve les infections urinaires; les effets secondaires de certains médicaments; la grossesse; la ménopause; l’obésité et le tabagisme.


DES ENVIES IRREPRESSIBLES

« C'est un dérèglement physiologique qui peut devenir psychologique », prévient Marie-Pierre Charent, « Un réflexe conditionné s’installe, ou bien des passages aux toilettes compulsifs: Avant de partir de chez soi, en arrivant quelque part, c'est plus fort que la personne : elle doit aller aux toilettes, repérer, anticiper. Les descriptions des patients le confirment : « C'est quelque chose qui les dépasse 'physiquement et intellectuellement' et d’autant plus quand le phénomène se termine par des fuites », définit la sophrologue.

En effet, les personnes souffrant de ces mictions trop fréquentes ont un risque de développer une incontinence d’urgence plus tard.

Des médicaments (les antimuscariniques) existent pour traiter ces symptômes d'incontinence ou les mictions fréquentes, des exercices de rééducation musculaire en cas de fuites d’effort également (les exercices de Kegel pour le périnée). Mais la sophrologue a constaté l’intérêt d’aborder ces problèmes de manière globale et naturelle.


MISE AU POINT D'UNE METHODE GLOBALE

Tout a commencé avec une personne très proche, valide mais totalement découragée par une incontinence d’effort et d’urgence: la prise en charge a été fructueuse. Marie-Pierre Charent a peu à peu mis au point une méthode composée d'exercices originaux, qui font appel à la conscience musculaire, mais aussi au système nerveux et à la relaxation. « Il faut aborder le problème d’emblée sous tous ses angles. Ressentir à nouveau ses muscles, la force de son « plancher » mais aussi retrouver une autorité bienveillante sur sa vessie ».

Et pour que cette méthode profite à un maximum de personnes, elle a créé un site appelé « Corps Capable » qu’elle anime avec un kiné et une sage-femme. Sur ce site, les courtes vidéos et les exercices accompagnés visuellement , s’associent à des formations de type « Comment faire attendre sa vessie sans stress? » ou « Apprendre à se rendormir après un appel de la vessie »…


QUELQUES MINUTES D'EXERCICES ET DE VOLONTE QUOTIDIENNE

En s'inscrivant, on a accès à un programme d'une cinquantaine de cours avec explications simples, imagées et exercices dans des approches anatomique, hygiéno-diététique, nerveuse, musculaire. « C'était le seul moyen de suivre les personnes dans un processus global d'accompagnement de leur problématique. Tous les jours, ils ont rendez-vous chez eux avec nous, au moment idéal pour eux », explique encore Marie-Pierre Charent.

« Au début, il faut attaquer sérieusement avec un quart d'heure d'écoute par jour puis un ou plusieurs exercices (qui durent 2, 3 et parfois 10 minutes, Ndlr). Si on bosse bien, l'incontinence d'urgence (avoir besoin d'uriner quand on entend l'eau qui coule, en s’approchant des toilettes ou quand on y pense) et l'incontinence d'effort (quand on tousse, quand on rit, ...) peuvent se maîtriser en 1 à 3 mois. » Concernant la vessie hyperactive, les exercices (faits de manière régulière) commencent à agir dès la 3ème semaine.



Des infos sur www.corpscapable.comL’inscription à un programme complet est de 80 euros pour une durée de 6 mois. Pour exemple, une séance de sophrologie « classique » en cabinet revient à 50 euros.