Christian Marquand fut un des grands séducteurs du cinéma

Patrick Laurent

L'amant de Bardot dans Et Dieu créa la femme est mort le 22 novembre

PARIS La nouvelle est tombée hier. Christian Marquand est décédé le 22 novembre dernier, à l'âge de 73 ans. Depuis L'exécuteur, en 1985, il n'avait plus rien tourné. En raison de sa passion pour l'écriture et la peinture, mais aussi des ravages de la maladie d'Alzheimer.

Les plus jeunes spectateurs ne le connaissent donc pas bien. Et pourtant, dans les années 50 et 60, il fut l'un des plus grands séducteurs du cinéma français, donnant la réplique à Brigitte Bardot dans Et Dieu créa la femme, Martine Carol dans Lucrèce Borgia ou Françoise Arnoul dans Sait-on jamais. Acteur couru, il avait aussi tourné dans Senso de Visconti, J'irai cracher sur vos tombes de Michel Gast, Le crime ne paie pas de Gérard Oury, Les saintes nitouches de Pierre Montazel, Le jour le plus long de Ken Annakin et Andrew Marton, Le choix des armes d'Alain Corneau ou L'amant de Lady Chaterley de Marc Allégret.

Grâce à sa soeur, Nadine Trintignant, qui l'a toujours soutenu dans son combat contre la maladie, il était très proche de Jean-Louis Trintigant. Mais aussi de Roger Vadim, avec qui il partageait le goût des belles voitures et des virées tropéziennes. Son ami le plus célèbre fut pourtant Marlon Brando. Avec son appui, il put réaliser en 1968 un film sur la drogue, Candy, avec une affiche éblouissante: Marlon Brando, James Coburn, Richard Burton, John Huston, Walter Matthau, Charles Aznavour et Ringo Starr. L'échec commercial le dissuada de retenter l'expérience derrière la caméra.

Marié à Tina Aumont (la fille de Jean-Pierre Aumont), le Marseillais né le 15 mars 1927 avait eu un petit garçon avec Dominique Sanda. Il laissera derrière lui l'image d'un comédien talentueux, au franc-parler étonnant, incarnant à merveille l'insouciance des golden sixties. Une cérémonie religieuse sera organisée le 12 décembre à Paris. Il sera ensuite incinéré .

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be