Les bad guys gros fumeurs

P. L.
Les bad guys gros fumeurs
©PIRARD

Les méchants fument nettement plus que les héros dans les films américains

HOLLYWOOD Le tabac tue moins dans les films que dans la réalité. Faute de temps. Et pour cause: selon une très sérieuse enquête américaine, ce sont surtout les bad guys qui tirent sur la cigarette à l'écran. Or, dans tout film hollywoodien qui se respecte, le méchant perd toujours à la fin, suite à une balle perdue, un saut tragique dans le vide, une explosion apocalyptique, voire, c'est plus rare, un coup de dents dévastateur de dinosaure.

L'étude a été réalisée sur les cinq personnages principaux de 450 films ayant tous atteint le top 10 du box-office américain depuis 1990. Et ses conclusions sont claires: 35% des personnages les plus antipathiques paradent clope au bec, contre seulement 23% des héros. Fait étonnant: cela correspond au quotidien des Américains: 21% de la population agit de même au pays de George Bush. Mais c'est un hasard, bien évidemment.

Dans les films produits par les grands studios, seuls 18% des rôles principaux touchent à la nicotine. Les majors, très à cheval sur le politiquement correct, veillent à ne pas choquer autrement que par la violence. Question de principe. Dont on se soucie moins dans les longs métrages indépendants. Là, le chiffre grimpe à 46% pour les vedettes.

Au petit jeu des comparaisons, les hommes risquent plus le cancer du poumon que les femmes sur la pellicule. De même que les Blancs, par rapport aux minorités ethniques.

Plus étonnant, à peine 10% des fumeurs sont immensément riches, alors que 50% émargent à la couche la plus pauvre de la population. L'espoir de survie est donc particulièrement faible pour les bad guys désargentés...

© La Dernière Heure 2005

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be