Sur les traces du Lauréat

Dominique Deprêtre

La rumeur court. La vraie star, c'est Shirley!

BRUXELLES Il fallait en avoir, de l'imagination, pour... oser imaginer une suite au célèbre Lauréat près de quarante années après la sortie de ce film qui valut l'oscar à son réalisateur Mike Nichols et la célébrité à son jeune comédien, Dustin Hoffman! Spécialiste du remake, le scénariste Ted Griffin (on lui doit le script d' Ocean's Eleven) aurait dû cette fois cumuler les fonctions d'auteur et de réalisateur, mais les producteurs n'ont pas voulu prendre le risque et c'est finalement le routinier Rob Reiner qui s'est retrouvé derrière la caméra.

Devant celle-ci, on découvre rapidement que la dénommée Sarah (Jennifer Aniston) est du genre à ne pas savoir prendre une décision. Alors que son fiancé (Mark Ruffalo) semble réellement constituer le futur mari idéal, elle refuse de parler d'engagement devant sa famille, réunie à Pasadena pour les besoins du mariage de sa soeur cadette. Lors de la cérémonie, Sarah revoit sa grand-mère (Shirley MacLaine) qui lui apprend que sa défunte maman (donc la fille de celle-ci...) avait eu une liaison peu avant son mariage, avec un jeune homme qui n'est autre que le véritable héros du Lauréat, le fameux roman devenu un film plus célèbre encore, basé sur des faits authentiques dont la communauté pasadenienne fit jadis ses choux gras en matière de cancans. Sarah décide dès lors de retrouver l'homme qui séduisit de concert sa grand-mère et sa mère. Il s'agira de Kevin Costner, ni plus ni moins...

Rumor has it devenu tout simplement La rumeur court en français est un film dont on dirait qu'il est assis entre deux chaises s'il s'agissait d'une personne. D'un côté, l'ouvrage doit faire pouffer de rire ou hurler au scandale tous les cinéphiles qui ont rangé Le lauréat parmi leurs classiques favoris et, de l'autre, ceux qui, n'ayant jamais entendu parler du film de 1967, doivent inévitablement se demander... de quoi on parle! Toujours est-il que la mise en scène de cette comédie romantique pas déplaisante mais plutôt maigrelette par rapport à son modèle est très lisse, à l'image d'une Jennifer Aniston bien pâle devant une Shirley MacLaine presque survoltée, dont on se rappelle sans doute pourquoi, à l'époque de Comme un torrent, elle était l'actrice la mieux payée de Hollywood. Bigre, voilà qui nous ramène carrément aux années cinquante. Comme le temps a passé...

© La Dernière Heure 2006

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be