Chef- d'oeuvre ibérique

Dominique Deprêtre

Planta 4a. Hymne à la vie

BRUXELLES Ah! le cinéma espagnol... Alors que le délirant Crimen Ferpecto poursuit sa carrière, voici que sort Planta 4a, autre petite merveille d'une production ibérique laquelle ne s'est jamais limitée aux films de Pedro Almodovar.
Programmes, horaires, forum: tout le cinéma sur Cinebel

Auteur, dans les années 80, d'un savoureux Attends-moi au ciel qui racontait l'histoire d'un sosie de Franco secrètement utilisé en public pour remplacer le Caudillo malade et proche de la fin de sa vie, Antonio Mercero évoque cette fois une partie de son enfance. Atteint d'un cancer, il a été soigné dans un hôpital dont la partie d'un étage (le 4a) accueillait les jeunes malades en traitement. Un traitement qui s'étend sur des mois, voire des années.

On se trouve en compagnie de trois amis âgés d'une quinzaine d'années. Ils ont perdu l'usage d'une jambe et se déplacent en chaise roulante. L'arrivée d'un quatrième larron encore valide, Jorge, va déclencher une véritable hystérie. Le trio, en effet, s'est mis en tête de faire découvrir au néophyte tous les charmes bien réels de la clinique: les blagues aux infirmières, les courses d'étage en chaise roulante et le tournoi de basket. Le problème est que Jorge va devoir s'entraîner en chaise roulante alors qu'il n'est pas encore question de l'amputer...

Planta 4a n'a rien d'un film déprimant, bien au contraire: il s'agit d'un véritable hymne à la vie, superbement mis en scène par un auteur qui y aura mis tout son enthousiasme et tout son savoir-faire. Superbement rythmé, merveilleusement joué par des gamins dirigés avec un tact incroyable, l'ouvrage pourrait être une sorte d'improbable croisement entre Les disparus de Saint-Agil et MASH. Un film merveilleux tiré de faits réels.

© La Dernière Heure 2006

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be