Gravity: LE film de l’année

Alfonso Cuaron nous donne vraiment l’impression de flotter dans l’espace. Fascinant et paniquant à la fois.

Patrick Laurent
Gravity: LE film de l’année

Dernière mission spatiale pour Matt Kowalski (George Clooney), le petit rigolo de service toujours prêt à raconter une anecdote pour déstresser le Dr Ryan Stone (Sandra Bullock), peu à l’aise chaque fois qu’elle sort du vaisseau pour réparer le prototype qu’elle a mis au point.

De loin la plus dangereuse : l’explosion d’un satellite envoie des débris dans toutes les directions et détruit à une vitesse record la navette. Tout l’équipage est tué. Sauf Kowalski, qui dispose d’un tout petit peu d’énergie pour tenter de sauver Stone, partie en vrille dans l’immensité étoilée et en proie à une peur panique indescriptible.

NOTRE AVIS: 10/10 

C’est probablement LE film de l’année. Le plus stressant, en tout cas. Et le mieux mis en scène. Alfonso Cuaron ne se contente pas de réaliser des prouesses en termes d’effets spéciaux. Il recrée totalement l’apesanteur, avec ses mouvements doux que rien ne stoppe, à part les parois du vaisseau.

Sa caméra se faufile entre les gouttes de sueur ou les stylos qui flottent librement pour créer une impression de profondeur remarquablement servie par la 3 D (c’est tellement rare qu’il faut le souligner). Puis colle à la peau de Sandra Bullock pour faire ressentir ses émotions, ses angoisses, son sentiment de désespoir dans le vide intersidéral. La première séquence-catastrophe, qui la voit partir en tourbillonnant dans le noir étoilé, est une merveille du genre. D’abord, il observe le mouvement de loin. Puis vient placer l’objectif dans le casque. En quelques secondes, on voit défiler à toute vitesse, en tournoyant, la Terre, le Soleil, les étoiles. La perte de référence est totale. Impressionnante. Paniquante. À la limite de la nausée.

Dans notre fauteuil , les battements du cœur commencent à s’affoler. L’identification et la manière très impliquante de filmer rendent l’expérience à la fois magique et stressante. Le cinéaste a le bon goût de ne se servir des grosses ficelles hollywoodiennes… que pour mieux créer le sentiment de désespoir, renforcer la claustrophobie ou le sentiment d’impuissance face à l’immensité désertique. Sauf lors du dénouement final, seul (petit) point noir de ce grand spectacle parfait à tout point de vue.

Sandra Bullock n’a pas son pareil pour transmettre ses craintes tandis que George Clooney reste fidèle à lui-même dans un registre plus décontracté.

Gravity ne se raconte pas mais se vit. Avec les tripes. Dans un état de stress étonnant. Préparez-vous au décollage : ce voyage-là sera inoubliable.


Gravity: Thriller spatial, réalisé par Alfonso Cuaron. Avec Sandra Bullock et George Clooney. Durée: 2 h. 


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be