The Broken Circle Breakdown, meilleur film étranger, Guillaume Gallienne superstar

La 39e cérémonie des Césars a vu le triomphe de Guillaume Gallienne, qui repart avec trois récompenses... et la Belgique, qui ramène deux César au plat pays. Revivez la cérémonie.

Aurélie Herman
The Broken Circle Breakdown, meilleur film étranger, Guillaume Gallienne superstar
©Reporters

Le fil de la soirée:

- Le Théâtre du Châtelet accueille la 39e cérémonie des Césars, de 21H00 à minuit. Sept longs-métrages français sont en lice pour le prix du meilleur film, dont "Les Garçons et Guillaume à table !" de Guillaume Gallienne (10 nominations) favori devant "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche, déjà Palme d'or à Cannes (8 nominations).

- Présidée par l'acteur François Cluzet, la soirée est animée par l'actrice belge Cécile de France et retransmise en direct sur Canal+ .

- La cérémonie intervient dans un contexte tendu, les intermittents du spectacle, en colère depuis la proposition du Medef de supprimer leur régime spécifique d'indemnisation chômage, pourraient préparer une action.

- L'actrice Adèle Exarchopoulos a remporté sans surprise la récompense dans la catégorie Meilleur espoir féminin. Incroyable de talent et de sensualité, la jeune femme de 20 ans irradiait la pellicule dans "La Vie d'Adèle", d'Abdellatif Kechiche. Aux côtés de Léa Seydoux, elle était cette jeune lycéenne emportée par un amour fulgurant dans une romance avec une artiste au caractère bien trempé. Elle est incontestablement LA révélation française de l'année 2013.

- Autre sacre attendu, celui de Guillaume Gallienne dans la catégorie Meilleur premier film pour "Les garçons et Guillaume, à table", tragi-comédie grâce à laquelle l'acteur réalisateur livrait une déclaration d'amour inconditionnel à sa mère. Auteur, réalisateur, protagoniste principal, le quadra atteint la gloire avec ce triomphe critique et public, qui lui vaut désormais un succès aux César.

- Cocorico pour la Belge Pascaline Chavanne pour son travail sur les costumes de "Renoir". Notre compatriote avait déjà été nominée pour "Huit femmes", "Gainsbourg (vie héroïque)", "Swimming Pool" ou encore "Potiche". Cette cinquième nomination est donc la bonne pour la Wanzoise.

- Le César du Meilleur scénario a été remis à Albert Dupontel, pour"Neuf mois ferme". Absent de la cérémonie, l'acteur reste sur sa ligne anti-système... jusqu'à en inspirer les dessinateurs chargés de croquer la soirée.

- Nominés dans la catégorie Meilleur second rôle masculin, les Belges Olivier Gourmet ("Grand Central") et François Damiens ("Suzanne") sont repartis bredouille. Zabou Breitmann, après avoir malicieusement signalé la forte présence noire-jaune-rouge ce soir, a remis la récompense à Niels Arestrup, pour sa prestation dans"Quai d'Orsay". L'acteur français a ainsi remporté son troisième César, après "De battre mon coeur s'est arrêté" et "Le Prophète", de Jacques Audiard.

- Martin Wheeler est monté à son tour sur la scène pour recevoir le prix de la Meilleure musique des mains de Beth Ditto, la plantureuse chanteuse du groupe Gossip. Wheeler est ainsi reconnu pour son travail sur la BO du film Michael Kohlhaas, western médiéval mettant notamment en scène le toujours énigmatique Mads Mikkelsen.

- Très ému, Stéphane Rozenbaum a reçu le César des Meilleurs décors des mains de Stéphane De Groodt, pour son oeuvre dans "L'Ecume des jours" de Michel Gondry. Le trublion belge de Canal+ a poursuivi avec ses habiles jeux de mots, juste avant de sacrer Jean-Pierre Duret, Jean Mallet et Mélissa Petitjean, pour le film "Michael Kohlhaas" dans la catégorie Meilleur son.

- Pierre Deladonchamps a remporté le César du Meilleur espoir masculin pour "L'inconnu du lac", d'Alain Guiraudie. Dans l'une des pépites de l'année ciné tricolore, ce jeune homme tombait fou amoureux d'un autre homme, jusqu'à se perdre dans une passion dévorante. Considéré par certains comme une sorte de "Vie d'Adèle"au masculin, ce film avait rencontré un très beau succès critique outre-Quiévrain.

- L'un des grands moments de la soirée fut sans conteste la remise du César d'honneur. Surprise cette année, c'est une jeune femme de 29 ans qui a été mise en avant. C'est en effet Scarlett Johansson qui avait été choisie pour recevoir cette prestigieuse récompense. "Cela fait 20 ans que je suis dans ce milieu, j'ai l'impression d'être déjà à la moitié de ma carrière", déclarait la New-Yorkaise juste avant la cérémonie.

Malgré son âge, la sculpturale Scarlett peut se targuer d'avoir un solide pédigrée. Révélée par Robert Redford dans "L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux", sublimée par Sofia Coppola dans "Lost in Translation", la belle compte plusieurs chefs d’œuvres à son palmarès. "La Jeune fille à la perle", "Vicky Cristina Barcelona", "Match Point", l'Américaine s'est imposée comme une comédienne de référence, au-delà de son physique de rêve. Talentueuse, perfectionniste, éclectique, elle s'est même essayée avec succès au blockbuster avec "The Avengers". Un sans-faute qui lui vaut un César d'honneur, remis par Quentin Tarantino himself.

- Une autre grande dame du cinéma est ensuite arrivée sur scène. Agnès Varda, toujours bon pied, bon oeil, a pris place devant un parterre de stars pour remettre le César du Meilleur documentaire. La native d'Ixelles a récompensé "Sur le chemin de l'école", de Pascal Plisson, docu sur l'importance de l'éducation dans la vie humaine. Il s'agit d'une des production cinématographique les plus rentables de l'année.

- Après un sketch où il a fait admirer tous ses talents d'imitateurs, Pierre Niney, accompagné de Lorànt Deutsch, est entré en scène pour remettre le César de laMeilleure adaptation. Après quelques longueurs, l'interprète d'"Yves Saint-Laurent" a accueilli Guillaume Gallienne, pour sa deuxième montée des marches. L'acteur a battu "La Vie d'Adèle", d'Abdellatif Kechiche, lui aussi nominé. Habitué à être celui que l'ont aperçoit mais dont on ne se rappelle jamais du nom, Guillaume Gallienne est aujourd'hui en pleine lumière.

- Après ce nouveau discours signé Gallienne, on a vu débarquer Kev Adams. L'amuseur préféré des ados s'est offert un selfie avec Cécile de France, avant de s'adresser directement à Scarlett Johansson et Quentin Tarantino dans un "franglais" très basique. C'est "Mademoiselle Kiki et les Montparnos" qui est sacré Meilleur court-métrage d'animation, tandis que "Loulou l’incroyable secret" gagne le César dans la catégorie long-métrage.

- Troisième César pour "Les garçons et Guillaume, à table !", voilà qui valait bien un café "made in Belgium". Valérie Deseine, absente à Paris, a remercié chaleureusement Guillaume Gallienne, après avoir obtenu le prix du Meilleur montage. Dans la foulée, Thomas Hardmeier a obtenu lui le César de la Meilleure photographie pour "L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet", de Jean-Pierre Jeunet.

- Un moment d'humour qui a été suivi d'une apparition "surprise" de Kad Merad, "décidément partout", de l'aveu même de la maîtresse de cérémonie. Une arrivée en fanfare qui a précédé le "traditionnel" hommage aux personnalités du cinéma décédées en 2013. Entre Edouard Molinaro (réalisateur de "L'emmerdeur", "Hibernatus"ou encore "La Cage aux folles") et Georges Lautner ("Les tontons flingueurs"... notamment !), l'ensemble du public a eu une pensée pour Bernadette Laffont, Valérie Benguigui et Georges Moustaki entre autres.

- Après ce moment d'émotion, place au César du Meilleur court-métrage. C'est "Avant que de tout perdre", de Xavier Legrand, qui est sorti grand gagnant. Un film fort, dépeignant le courage d'une femme qui quitte son mari pour sauver ses enfants. Le court, porté à bout de bras par Léa Drucker, est également nominé aux Oscars.

- Après le César des Meilleurs costumes attribué à Pascaline Chavanne, la Belgique s'est offert une seconde récompense ! "The Broken Circle Breakdown", de Felix Van Groeningen, primé à peu près partout où il est passé, a mis les César à ses pieds, en remportant le titre dans la catégorie Meilleur film étranger. "C'est incroyable ce qu'on a fait, merci à tous, les gars", diront les vainqueurs, malgré l'absence du réalisateur.

- Les magazines people rêvait de voir Julie Gayet remporter le César du Meilleur second rôle féminin. Las, ils n'auront pas leur cover de la semaine prochaine. En effet, c'est Adèle Haenel qui a été sacrée, pour sa performance dans le film "Suzanne", aux côtés de François Damiens. Très émue, la comédienne a fait mouche, grâce à sa sincérité et sa candeur.

- La pétillante Sara Forestier était chargée de remettre le César du Meilleur réalisateur, un des grands moments de cette 39e cérémonie. Entre Abdellatif Kechiche, Roman Polanski, Guillaume Gallienne, Arnaud Desplechin ou encore Asghar Farhadi, la concurrence était très rude. C'est Roman Polanski qui est monté sur scène pour "La Vénus à la fourrure". Le Franco-Polonais à la réputation (très) sulfureuse fait ainsi le Grand Chelem avec un quatrième César du Meilleur réal'. Il avait déjà été primé pour "Tess", "Le Pianiste", "The Ghost Writer" et donc "La Vénus à la fourrure", un film dépeignant la relation sado-maso entre un metteur en scène et une actrice.

- Guillaume Gallienne a également reçu le prix du Meilleur acteur. Après le Meilleur montage, Meilleur premier film et la Meilleure adaptation, "Les garçons et Guillaume, à table !" glane sa quatrième récompense ! C'est la consécration pour le comédien, un peu perdu à l’idée de battre des "collègues" tels que Michel Bouquet ou Mathieu Amalric. Des remerciements à la Comédie française plus tard, l'acteur peut savourer son succès. Un triomphé mérité pour cet homme qui livre dans son petit bijou un prestation décoiffante, au propre comme au figuré. Oui, la mère Gallienne peut être fière de son rejeton...

- Quand Jeremy Irons arrive sur scène, plus classieux que jamais, on en oublierait presque que l'acteur britannique doit remettre le César de la Meilleure actrice. Avec un accent à charmer n'importe quelle midinette, le comédien a offert la récompense à... Sandrine Kiberlain ! La blonde actrice a donc battu Léa Seydoux, qui paye sans doute ses "sorties" sur Abdellatif Kechiche, et Bérénice Béjo, primée à Cannes pour "Le Passé". "Mon coeur a laché", a dit d'emblée la lauréate, auteure d'un travail dantesque dans le déjanté "Neuf mois ferme" d'Albert Dupontel. Une victoire surprise, pour les bookmakers, mais qui couronne une femme de 46 ans discrète, mais sympathique. Discrète... et oublieuse, puisque Miss Kiberlain reviendra sur scène pour clôturer ses remerciements. Une "incartade" dont François Cluzet, monté sur scène pour remettre le César du Meilleur film ne lui tiendra par rigueur...

- Guillaume Gallienne aura perdu des calories, ce vendredi soir, avec trois montées sur la scène. Quelques minutes après le prix du Meilleur acteur, il a récolté celui du Meilleur film pour "Les garçons et Guillaume, à table !". "Mais quelle soirée, nom de bleu, c'est dingue !", s'est-il exclamé, avec toute la retenue bourgeoise qu'on lui connait. Préférant laisser la parole à ses producteurs, le comédien est donc le grand gagnant d'une 39e cérémonie des César que l'on pensait promise à "La Vie d'Adèle de Kéchiche". Après plus de deux millions de personnes en salle, le film aura donc séduit l'ensemble de l'Académie...


Le palmarès complet:

Meilleur espoir Féminin

Adèle Exarchopoulos, La vie d'Adèle

Meilleur premier film

Les Garçons et Guillaume, à table ! , de Guillaume Gallienne

Meilleurs costumes

Pascaline Chavanne, pour Renoir

Meilleur scénario original

"Neuf mois ferme" , d'Albert Dupontel

Meilleur acteur dans un second rôle

Niels Arestrup, Quai d'Orsay

Meilleur musique

Martin Wheeler, Michael Kohlhaas

Meilleurs décors

Stéphane Rozenbaum, pour L'Ecume des Jours

Meilleur son

Jean-Pierre Duret, Jean Mallet, Mélissa Petitjean, Michael Kohlhaas

Meilleur espoir Masculin

Pierre Deladonchamps, L'inconnu du lac

César d'honneur

Scarlett Johansson

Meilleur film documentaire

Sur le chemin de l'école , de Pascal Plisson

Meilleure adaptation

Les Garçons et Guillaume, à table !, de Guillaume Gallienne

Meilleur film d'animation

"Mademoiselle Kiki et les Montparnos" (court)

"Loulou l’incroyable secret" (long)

Meilleur montage

Valérie Deseine, pour Les Garçons et Guillaume, à table !

Meilleure photographie

Thomas Hardmeier, pour L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

Meilleur court métrage

Avant que de tout perdre, de Xavier Legrand

Meilleur film étranger

The Broken Circle Breakdown, de Felix Van Groeningen

Meilleur actrice dans un second rôle

Adèle Haenel, Suzanne

Meilleur réalisateur

Roman Polanski, La Vénus à la Foururre

Meilleur acteur

Guillaume Gallienne, Les Garçons et Guillaume, à table !

Meilleur actrice

Sandrine Kiberlain, Neuf mois ferme

Meilleur film

Les Garçons et Guillaume, à table !, de Guillaume Gallienne


Aurélie Herman


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be