Le Belge continue de bouder les salles de cinéma

Entre les années 60’ et aujourd’hui, le nombre d’entrées a été divisé par quatre.

R. D.
Le Belge continue de bouder les salles de cinéma
©DEMOULIN

Entre les années 60’ et aujourd’hui, le nombre d’entrées a été divisé par quatre.

Le cinéma serait-il devenu un loisir d’un autre âge ? Cela est fort probable quand on regarde les chiffres d’exploitation des salles obscures. Selon les chiffres publiés par le SPF Économie, la fréquentation des cinémas s’effondre depuis les années 60’. Le nombre d’entrées a même été divisé par quatre sur cette période, passant de près de 80 millions par an à seulement 20 millions aujourd’hui.

Il faut dire que le nombre de salles existantes n’a jamais été aussi faible. Le pays en compte actuellement 473, contre plus de 1.500 il y a 50 ans. Une forte baisse donc même si ce chiffre a tendance à se maintenir depuis les années 80’.

Le nombre de séances a quant à lui connu une forte augmentation : il a été multiplié par deux en 20 ans. Une tendance qui s’explique par la rentabilisation au maximum des salles, qui peuvent diffuser plusieurs films par jour dans les grands complexes comme Kinépolis par exemple.

Côté rentrées financières par contre, celles-ci ont bien augmenté. Depuis 2010, elles sont passées de 136 millions d’euros (HTVA) à 155 millions d’euros en 2015. Une donnée qui s’explique en partie par la hausse des prix des entrées, qui s’élève souvent à plus de 10 euros aujourd’hui.

Conclusion : si le pire semble être passé (avec l’arrivée de la VHS dans les années 70’, qui a fait chuter les entrées), le cinéma paraît avoir bien encaissé la petite révolution de l’avènement du cinéma à la demande dans tous les salons et du piratage des films sur Internet.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be