Le grand show d’Alex Vizorek: l'humoriste n'a épargné personne

Il a flingué tout le monde avec humour aux Magritte.

P.L.
BELGIUM , BRUSSELS , JAN. 11, 2019 - Alex Vizorek , Master of Ceremony of the Belgian Magritte Awards 2019 Copyright Danny Gys / Reporters Reporters / GYS
BELGIUM , BRUSSELS , JAN. 11, 2019 - Alex Vizorek , Master of Ceremony of the Belgian Magritte Awards 2019 Copyright Danny Gys / Reporters Reporters / GYS ©Reporters / GYS

Il a flingué tout le monde avec humour aux Magritte.

Guillaume Gallienne, Hippolyte Girardot ou Corinne Masiero, grands habitués des ambiances glaciales aux César, en sont restés bouche bée. Aux Magritte, toute la salle était pliée de rire. Même le prince Laurent (pourtant bien égratigné : "Le cinéma belge est un peu comme vous : il se plaint souvent de ne pas recevoir assez de sous.") pouffait lorsque Kody, déguisé en Delphine Boël, sortit une pancarte flanquée d’une couronne et d’un seul mot : Papa.

Le responsable de cette hilarité générale ? Alex Vizorek, qui a tiré à vue sur tout ce qui bougeait. La première cible de son ironie : la RTBF. "Le cinéma belge va très bien. Il est soutenu par la RTBF, qui diffuse régulièrement des films belges vers minuit, sur La Trois."

Le milieu du 7e art en a aussi pris pour son grade. "En Belgique, on a échappé au scandale #MeToo. Plutôt que les actrices, les producteurs préfèrent baiser le tax shelter." Ou encore : "Tout le gratin du cinéma belge au même endroit, ça n’arrive qu’aux Magritte. Et le lundi matin au bureau de l’Onem…"

Personne n’a échappé à sa verve. Ni Didier Reynders, à qui il a demandé de ne pas monter sur scène, ni Alda Greoli, confondue avec Yolande Moreau. Et surtout pas les participants. Bitter Flowers (meilleur premier film) ? "C’est malin. Si on ajoute au 1,4 milliard de Chinois les Wallons qui veulent voir un film en mandarin, on arrive à 1,4 milliard et 12 spectateurs."

Girl ? " C’est l’histoire d’une jeune francophone qui veut devenir une danseuse flamande. Cela m’a choqué, une francophone qui veut devenir flamande." Avant d’ajouter, perfide : "Son réalisateur n’est pas transsexuel. Tout le monde ne peut pas avoir la conscience professionnelle de François Troukens."

Le réalisateur de Tueurs fut souvent visé : "Vous avez fait de la prison avant d’aller sur RTL-TVI, juste le parcours inverse de Stéphane Pauwels." Et le "Hugh Grant du pauvre" de conclure sur Yohan Blanc, la star de La Trêve, "un Suisse installé en Belgique pour gagner sa vie. Un homme de défi…" Trash mais drôle.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be