Entre trac et champagne, Anne Gruwez raconte son expérience aux César: "Je crois que les caméras sont sur moi..."

Dans un texte adressé à nos confrères de La Libre Belgique, Anne Gruwez a débriefé la cérémonie des César, au cours de laquelle le documentaire Ni juge, ni soumise a été récompensé.

Rédaction en ligne
Anne Gruwez
©REPORTERS

Dans un texte à son image adressé à nos confrères de La Libre Belgique, Anne Gruwez a débriefé la cérémonie des César, au cours de laquelle le documentaire Ni juge, ni soumise a été récompensé.


Pour rappel, le film a été primé dans la catégorie "Meilleur documentaire". A l'occasion de la cérémonie qui s'est déroulée vendredi soir, Anne Gruwez est montée sur scène pour accompagner le réalisateur Yves Hinan au moment de récupérer le prix. Ce qu'elle n'avait pas fait il y a quelques semaines lors des Magritte.

Dans sa lettre, Gruwez avoue avoir eu le trac et revient sur les heures qui ont précédé le show, de son arrivée à Paris jusqu'à la consécration. "T’as le trac parce qu’en bon petit soldat, t’aimes pas enfreindre les ordres de marche. Les gens, ils croient que le juge d’instruction est "l’homme le plus puissant du royaume", c’est même pas vrai, il a au moins pour lui, ses angoisses de mal faire ou de faire le mal", reconnaît-elle.

"Moi, je ne connais personne"

Elle dépeint aussi un monde de strass et paillettes dans lequel elle se sent un peu mal à l'aise, où le champagne coule à flot. "Tout le monde se reconnaît, se congratule, se salue. Moi, je ne connais personne, je me promène, je repère le nom du traiteur, c’est mon ami Bernard qui aurait apprécié".

Une fois installée avec son équipe, vient alors le moment suprême. Les caméras sont alors braquées sur elle, ce qui n'est pas forcément pour lui plaire ("Merde, je crois qu’elles sont sur moi alors que je ne présente pas mon meilleur maintien", s'amuse-t-elle). "Donc on est nommé. Applaudissements. On se lève, les autres m’entraînent. On descend vers la scène en troupeau, on est quatre. Là, ton cerveau est dans tes pieds : pas question de se caler par terre."

Retrouvez l'intégralité de la lettre d'Anne Gruwez ici.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be