La 11e édition des Magritte du Cinéma met à l'honneur les premiers films

Une vie démente de Raphaël Balboni et Ann Sirot et Un Monde de Laura Wandel sont favoris.

La 11e édition des Magritte du Cinéma met à l'honneur les premiers films
©Cinéart

Après deux années 2020 et 2021 difficiles dues à la pandémie, les Magritte du Cinéma actent un relatif renouveau avec leurs nominations pour leur 11e édition différée depuis 2020 et qui devrait se tenir le 12 février prochain.

Deux premiers films dominent la sélection. Une vie démente, premier long métrage de Raphaël Balboni et Ann Sirot récolte pas moins de douze nominations, égalant donc le record des Géants de Bouli Lanners en 2013 ! Le duo a déjà été nominé à trois reprises dans la catégorie court métrage et primé en 2018 pour Avec Thelma.

Une vie démente est notamment nominé dans les catégories "reines" (Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleur scénario) ainsi que son casting : Jo Deseure et Lucie Debay sont en lice (Meilleure actrice), Jean Le Peltier (Meilleur acteur) et Gilles Remiche (Meilleur acteur dans un second rôle).

La révélation de “Un Monde”

L'autre film largement nominé, avec dix nominations, est l'autre premier long métrage remarqué de 2021, Un monde de Laura Wandel. Elle a déjà été nominée aux Magritte en 2015 avec son court métrage Les Corps Étrangers. Un Mondeest nominé entre autres dans les catégories Meilleur film, Meilleure réalisation et Meilleur scénario. Ses jeunes acteurs se distinguent également dans les catégories espoirs : Maya Vanderbeque pour le Meilleur espoir féminin, et Günter Duret pour le Meilleur espoir masculin. Le film poursuit son beau parcours après sa sélection en juillet dernier au Festival de Cannes, dans la section Un certain regard, dont il a remporté le Prix Fipresci. Il est également en lice pour les Oscars.

Personnalités aguerries

Les trois autres films en lice pour le Magritte du Meilleur film sont portés par des personnalités déjà passées par les Magritte du Cinéma. Adoration, sixième long métrage de Fabrice du Welz, comptabilise six nominations, pour le Meilleur film donc, mais aussi pour la Meilleure réalisation. Le film vaut une sixième nomination au chef opérateur Manu Dacosse, déjà trois fois primé, dont en 2016 pour Alleluia, du même du Welz. Révélation du film, Fantine Harduin est en lice pour le Magritte du Meilleur espoir féminin.

Avec Les Intranquilles, Joachim Lafosse sera également en lice pour le Meilleur film, la Meilleure réalisation et le Meilleur scénario pour la troisième fois. Filles de joie de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich est nominé pour le Meilleur film et pour le Meilleur scénario. Enfin, Titane de la française Julia Ducournau, Palme d'Or du dernier Festival de Cannes, et produit en Belgique par Frakas Production, totalise 5 nominations.

Du côté des comédiennes, sont nominées Lubna Azabal (Adam de Mariam Touzani) et Virginie Efira (Adieu les consd'Albert Dupontel). Chez les hommes, on retrouve Arieh Worthalter (Serre-moi fort de Mathieu Amalric), Bouli Lanners (Cette musique ne joue pour personne de Samuel Benchetrit), Jérémie Renier (Slalom de Charlène Favier) et Benoît Poelvoorde (Adoration). Le renouveau y est moins patent.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be