TikTok: "La liberté de créer" pour les cinéastes débutants

Pour la première fois, la plateforme a lancé un concours de films courts

AFP
TikTok: "La liberté de créer" pour les cinéastes débutants
©TikTok Short Film

Les vidéos courtes de TikTok, c’est "la liberté de créer" sans gros moyens et la possibilité d’une "nouvelle grammaire visuelle" avec des plans verticaux : au Festival de Cannes, dont il est devenu partenaire officiel, le réseau social des jeunes séduit les cinéastes.

Pour la première fois, la plateforme a lancé un concours de films courts pour des créations "beaucoup plus construites que ce que (les tiktokeurs) font habituellement", selon Angèle Diabang, cinéaste sénégalaise, membre du jury du #TikTokShortfilm qui a remis ses prix vendredi.

Claudia Cochet, tiktokeuse assidue mais surtout comédienne, a remporté le prix du "meilleur script" pour une oeuvre de trois minutes, "Princesse moderne".

Cette habituée des planches de théâtre, âgée de 34 ans, a découvert le réseau social et rejoint son milliard d’utilisateurs lors du premier confinement de mars 2020, alors qu’elle était privée de scène.

"Aujourd'hui, je poste presque une vidéo par jour, des scènes de la vie quotidienne qui basculent dans le fantastique. J'ai 250.000 abonnés", raconte-t-elle à l'AFP.

"TikTok m'offre une liberté de créer et une audience", assure-t-elle, "et ça me donne confiance pour faire des choses seules".

Pour le #TikTokShortfilm, elle a voulu aborder un sujet grave, pas vraiment familier de l’audience de TikTok, qui vient plutôt y rechercher des sujets "fun" : les violences faites aux femmes.

Pour les très gros plans qu'elle voulait tourner, elle a exceptionnellement lâché son smartphone et préféré une caméra 16K. Au final, peu de mots et aucune violence physique à l'écran, mais beaucoup de signes de malaise et d'émotion dans cette histoire de fille battue qui finit par commettre l'irréparable pour se défendre : "Quand on est victime de violences conjugales, on n'ose pas en parler, mais on peut le montrer…", explique Claudia Cochet.

"On peut avoir l'impression que trois minutes, c'est court, mais on a vraiment essayé de les juger comme des films de 120 minutes", a expliqué Camille Ducellier, réalisatrice française, membre du jury, lors de la présentation des prix.

Cette dernière, plus habituée du grand écran, apprécie beaucoup le format vertical imposé par TikTok car "ça permet de s'affranchir du poids de toutes ces décennies à l'horizontal et donc de réinventer toute une nouvelle grammaire visuelle".

Pour elle, "ce jeu de cadrage ne renvoie pas seulement au smartphone, mais aussi à la fenêtre, la porte, et du coup se rapproche plus de la peinture".

À l'initiative de ce concours, Eric Garandeau, directeur de TikTok France, affirme à l'AFP que "plusieurs dizaines de milliers de créateurs ont participé au concours", dans 44 pays.

Pour cet ancien président du CNC (Centre national du cinéma), TikTok revient "aux origines du cinéma, à l'époque de la minute Lumière".

"Aujourd'hui, le cinéma est parfois un peu obèse et TikTok offre une alternative plus courte et une expérience plus intense", estime-t-il.

En écho à cette analyse, un des lauréats, le Slovène Matej Rimanic (Grand Prix), joue avec les codes des premiers films sortis en salle, avec une histoire d’amour en noir et blanc, muette, où les deux héros, des vingtenaires d’aujourd’hui, s’envoient des messages sur des avions en papier.

Pour cette première, Eric Garandeau a choisi un jury "avec un grand brassage de diversité", du TikToker vedette Khaby Lame (deuxième personne la plus suivie au monde sur le réseau) au cinéaste franco-cambodgien "hardcore très engagé" Rithy Panh, président du jury.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be