Bradley Cooper règle ses comptes avec Hollywood: "Je déteste cette industrie"

Il évoque les remarques vexatoires subies lors de cérémonies des Oscars.

Bradley Cooper règle ses comptes avec Hollywood: "Je déteste cette industrie"
©AP

A Hollywood, du moins lors des interviews et des promotions de films, la règle du "tout le monde est beau, tout le monde est gentil" s'applique quasiment d'office. Mais il y a de temps en temps une exception. Et celle du moment s'appelle Bradley Cooper. L'acteur-réalisateur-scénariste-producteur déjà nommé neuf fois aux Oscars ne digère toujours pas non d'être rentré bredouille à chaque fois, mais d'avoir été aussi mal accueilli par une partie de ses confrères.

Lors d'une interview à Smartless, il en a profité pour régler ses comptes avec Hollywood en décrivant notamment les réflexions qui lui furent faites lors de la party donnée en faveur d'A Star is Born et de son Oscar de la meilleure chanson pour "Shallow". A l'époque, il comptait sept nominations à son compteur personnel et était accompagné d'une actrice qui n'avait concouru que trois fois aux Oscars. Un célèbre réalisateur lui a alors dit: "Dans quel monde vivons-nous: tu as sept nomination et elle seulement trois ?" Une remarque qui le fait bondir: "Je me souviens m'être dit: 'Je déteste cette putain d'industrie". Je me disais: 'Mon pote, pourquoi es-tu un tel connard ? Je ne l'oublierai jamais. Va te faire foutre."

Il faut dire que ce n'était pas sa première remarque vexatoire. En 2013, alors qu'il était nommé pour le meilleur acteur en raison de sa performance dans The Silver Linings Playbook, une "grande héroïne" lui a balancé un de ces faux compliments qui font mal. "Elle m'a lancé: 'J'ai vu votre film, vous méritez votre nomination'. Quoi ? La nomination ? Dix ou vingt minutes plus tard - je ne plaisante pas-, je la croise se rendant aux toilettes, et elle prononce à voix haute: 'La nomination..." Ce qui signifiait: pas la victoire'. Je me suis demandé: 'Mais qu'est-ce que c'est que cette ville ?' Vous imaginez dire ça à quelqu'un ? Il faut être dérangé pour faire ça."

Cela ne l'a pas empêché de continuer à tracer son chemin, puisqu'en plus de doubler Rocket dans Thor: Love and Thunder ou le prochain Gardiens de la galaxie 3, il réalise Maestro, un biopic de Leonard Bernstein dans lequel il tient aussi le rôle principal. "J'avais une arme secrète pour A Star is Born: Lady Gaga. Mon arme secrète pour ce film-ci, c'est Leonard Bernstein et Gustav Mahler. La musique."

Le film est attendu sur Netflix en 2023.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be