Ce soir à la télé, "Kingsman: services secrets": Cette scène qui a donné du fil à retordre à Taron Egerton

Le premier volet de la saga "Kingsman" est à retrouver ce jeudi à 20 h 30 sur La Une.

Frank Rousseau
Ce soir à la télé, "Kingsman: services secrets": Cette scène qui a donné du fil à retordre à Taron Egerton
©AFP

Il est devenu la coqueluche des jeunes filles en fleurs en endossant dans la saga "Kingsman" la panoplie d’un apprenti agent-secret. Il n’a pas eu besoin d’en faire des tonnes pour faire aussi ami-ami avec les critiques. Grâce à sa gentillesse et son humilité non feintes, le britannique Taron Egerton s’est taillé une réputation de gars hyper-cool dans le Landernau hollywoodien. Rencontre avec un gendre idéal.

Ce qui a de fascinant lorsqu’un acteur tourne des films comme Kingsman, c’est qu’on lui apprend des tas de choses excitantes. Comme rouler à toute berzingue pied au plancher dans les rues de Londres, tirer avec des armes high-tech, sauter du haut d’un immeuble ou faire mumuse avec des gadgets dignes de James Bond, ect. Et vous Taron ? Rétrospectivement qu’est-ce qui vous a le plus amusé pendant le tournage de tous les Kingsman confondus ?

"Probablement la scène d'introduction dans Le Cercle d'or ! Celle de la course-poursuite dans un taxi londonien truffé de gadgets. J'adore quand il se transforme en véhicule amphibien. Cela me rappelle les James Bond des années 70 ! Pour la petite anecdote, nous ne pouvions faire qu'une prise pour cette scène. Elle nécessitait en effet une chorégraphie parfaite notamment quand je me bats dans ce cab. Je sais que pour un gars comme Tom Cruise mettre en boîte ce genre de truc, c'est piece of cake. En ce qui me concerne, cela a été beaucoup de préparation et de travail ! A chaque Kingsman, j'apprenais un truc de nouveau ! Dans le premier volet, par exemple, on m'avait entraîné à rester un maximum sous l'eau sans respirer ! Une technique qui m'a bien servie quand le taxi dont je vous parlais à l'instant se met à couler dans l'eau avec mon personnage à l'intérieur ! J'avais dix secondes pour remplir mes poumons d'air et ensuite, c'était le grand plouf, l'eau qui monte, les yeux qui se brouillent etc. Heureusement, nous avions des bouteilles d'oxygène à portée de main. Au cas où…"

Quelle a été la scène la plus dure à tourner ?

"Justement ! C'est une scène pour laquelle j'ai justement manqué de souffle ! La scène en question se déroulait au sommet du Mont-Blanc, non loin d'un téléphérique. Une fois là-haut, l'oxygène était si rare qu'à chaque fois que j'effectuais un mouvement, j'ouvrais la bouche comme un poisson qu'on aurait sorti de son aquarium ! Courir dans la neige, sur le toit de l'Europe, ne serait-ce que pendant vingt secondes, c'est la chose la plus éprouvante qui soit ! Entre deux prises, il me fallait un certain temps pour retrouver mon souffle. A part ça, l'altitude me procurait un drôle effet. J'avais toujours envie de dormir ! Quand vous tournez ce genre de production, ce n'est pas recommandé ! Vous devez toujours être en effet dans le mouvement !"

Il paraît que vous donniez beaucoup de votre personne sur les sets de Kingsman

"J'assurais pas mal de cascades, c'est vrai ! Cela m'a valu d'ailleurs quelques petits bobos mais rien de bien méchants. Les risques du métier. Et puis, ça me fera toujours des histoires d'ancien combattant à raconter à mes petits-enfants. Quand j'en aurais ! Dans ce genre de films, il ne faut pas "philosopher". On vous maquille, on vous habille, on vous montre comment tenir le flingue puis vous vous présentez ensuite sur le plateau et là vous foncez dès qu'on vous gueule "action". Quand vous œuvrez dans une production de cette taille-là et de ce coût-là, vous n'avez pas le temps d'attendre que les peintures du décor sèchent !"

On imagine aisément qu'avec le succès rencontré parKingsman, vous avez vu votre vie changer du tout au tout !

"C'est clair que j'ai vu plus de gens m'arrêter dans la rue pour me demander des autographes ou des selfies. Pour autant cela ne m'a jamais perturbé. Je n'ai pas eu besoin encore d'embaucher des gardes du corps pour assurer ma sécurité ! (rires) Je ne comptais pas non plus m'entrainer encore plus aux arts martiaux pour mettre sur le tapis un fan un peu trop insistant. Vous savez, j'ai un grand respect pour les fans. Colin Firth me le rappelait souvent d'ailleurs. Sans eux, nous n'en serions pas là aujourd'hui. Ce sont eux qui, d'une certaine manière, nous permettent de mener une existence confortable. C'est pour ça que j'ai toujours du mal quand je vois une star qui refuse de signer un autographe à un admirateur."

Et sur un plan plus pratique ?

"Au risque de passer pour quelqu'un de matérialiste, je dois dire qu'à ce niveau-là, mon quotidien s'est sensiblement amélioré. Le plus grand changement, c'est déjà la possibilité que j'ai eue d'acheter une maison à ma mère grâce à mes cachets. Il n'y a encore pas si longtemps que ça, elle vivait dans un studio. Ma famille n'était pas pauvre mais elle manquait d'espace. Aujourd'hui, c'est clair que mes parents sont moins à l'étroit. L'autre gros bouleversement, ce sont les voyages. Avant le premier Kingsman, je ne m'étais jamais rendu en Amérique pour faire la promotion d'un film. Depuis, je me suis rattrapé. J'ai parcouru le monde en long et en large. Je suis un homme heureux. Que demandez de plus !"

En First class les voyages ?

"Yep ! Avant quand je voyageais, j'avais les genoux dans le menton car je ne prenais que des sièges en classe éco. Aujourd'hui, les choses ont changé. Ce n'est plus "pasta or chicken". L'offre à bord s'est sensiblement améliorée ! (rires)."

Quels sont les autres effets – moins sympa - de la célébrité ?

"Simple ! Avant je pouvais m'asseoir dans un pub et passer autant de temps que je voulais pour boire deux pintes de bières. Aujourd'hui, je peux toujours boire mes deux pintes mais c'est top chrono et le plus proche possible de la sortie de secours ! Depuis que je suis en couverture des magazines les gens s'imaginent que je leur appartiens ! Je n'étais pas franchement préparé à ça ! Personne ne peut d'ailleurs être préparé à ça. Il n'y a pas de formation. Pas d'école. Cela vous arrive dessus sans que vous le voyez venir. Il y a des gens qui gèrent bien et d'autres qui sont perturbés. Ma chance, c'est que je viens d'un milieu modeste. Je n'ai jamais eu la grosse tête. J'ai toujours été aussi quelqu'un d'équilibré. Je n'ai jamais ressenti le besoin d'exprimer un mal être ou un mal de vivre en ruinant une chambre d'hôtel ou en agressant des gens gratuitement. Encore une fois, je sais à quel point je suis un chanceux."

Kingsman, c'était aussi pour vous l'occasion de porter des vêtements taillés sur mesure. Vous pouvez nous l'avouer maintenant, il y a prescription, mais vous ne trouvez pas que la veste de smoking violette c'était un peu too much ?

"Lorsque le costum-designer m'a dit que j'allais porter ça, je l'ai regardé avec l'air de dire : "Tu plaisantes ! Même pas en rêve !". Puis j'ai ajouté :"Tu n'aurais pas le même modèle en bleu nuit ou en noir ? Bref, une couleur plus discrète !". Sa réponse fut catégorique : NO ! Finalement, il avait raison de ne pas céder à ma demande. Cette veste elle m'allait à ravir. Elle captait tous les regards ! Y compris le vôtre visiblement ! (rires). Vous savez, dans ma vie, je ne suis pas vraiment porté sur les fringues et sur la mode ! Un t-shirt, un jean, des baskets, cela me suffit amplement !"

Vous vous reconnaissiez dans certains traits de caractère de votre personnage ?

"Oui et non ! Non, parce que l'on ne m'a jamais recruté ou approché dans le but que je devienne un vrai espion ! Oui, parce que je me reconnais dans la métamorphose de Eggsy. A la base, c'est un petit gars de la banlieue sans avenir. Jusqu'à ce qu'une bonne étoile, une bonne fée s'intéresse à elle. Dans mon cas, c'est Hollywood !"

Vous avez l’air d’être un gars très cool..

"Si je donne cette impression c'est parce que je suis un perfectionniste très organisé. Faire du cinéma est un vrai métier à mes yeux. Ce n'est pas quelque chose qui s'improvise. Ce n'est pas un passe-temps que l'on aborde en dilettante."

Comment réagiriez-vous si demain, on vous proposait de jouer 007 ?

"Qui ne rêverait pas de jouer James Bond ? C'est un rôle et une franchise en or ! Le personnage le plus cool au monde ! Si demain, on me propose d'incarner le commander, je fonce !"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be