Alarme incendie, jet de pop-corns, spectateurs qui se déshabillent devant l'écran: des avant-premières de One Piece Red dégénèrent complètement en France

L'adaptation du manga sort ce mercredi en salle, avec une des plus mauvaises contre-publicités.

Alarme incendie, jet de pop-corns, spectateurs qui se déshabillent devant l'écran: des avant-premières de One Piece Red dégénèrent complètement en France
©Toei Animation

Il va falloir sérieusement songer à décerner une médaille du courage aux propriétaires de cinéma. Déjà peu aidés dans leur lutte contre la prédominance des plateformes de streaming par des programmations estivales des plus insipides, ils doivent en plus faire face de plus en plus souvent à des spectateurs prêts à tout pour pouvoir alimenter leur compte sur les réseaux sociaux.

Début juillet, certains fans des Minions avaient donné le ton. En bande, endimanchés, ils avaient pris d'assaut les projections des Minions 2 : Il était une fois Gru, histoire de faire le show bruyamment dans la salle, de jeter des pop-corns et de se disputer avec les ouvreuses et de faire pleurer de nombreux enfants. Le tout filmé, bien évidemment, afin de pouvoir alimenter les réseaux sociaux. Les gérants des multiplexes avaient dû rembourser beaucoup de places à des spectateurs neutres furieux, tandis que d'autres avaient tout simplement choisi de supprimer le film de l'affiche.

Un triste phénomène qui pourrait bien se répéter ce mercredi, avec la sortie de l'adaptation d'un des mangas les plus populaires au monde, One Piece Red. Les avant-premières en France laissent en effet craindre le pire. À Marseille, des "fans" (?) totalement hors de contrôle ont commencé par faire du bruit et siffler, à jeter de la nourriture et des boissons sur les autres rangées avant de se ruer sur la scène et de commencer à enlever leurs vêtements devant l'écran tout en sautant comme si l'Olympique de Marseille venait de gagner la Ligue des Champions. Manque de chance pour les vrais inconditionnels venus assister à un film : cela s'est déroulé durant une scène clef. Beaucoup n'ont pas hésité à clamer leur indignation sur les réseaux sociaux, là où s'étalent les "exploits" des trouble-fête.

À Bordeaux, ce n’était guère plus brillant, puisque quelques mécontents du spectacle n’ont rien trouvé de mieux à faire que déclencher l’alarme incendie. Par mesure de prudence, il a fallu couper toute l’électricité avant de pouvoir la relancer. Une vraie catastrophe pour les gestionnaires du cinéma, amenés à rembourser les spectateurs de toutes les séances puisque tous les films ont été interrompus.

Sortie chez nous ce mercredi

Bien sûr, rien ne dit que ces débordements se reproduiront chez nous ce mercredi. Mais ils pourraient bien amener certains amateurs de mangas à faire montre de prudence et à rester chez eux. Ce qui serait une nouvelle fois dramatique pour les cinémas, qui comptaient beaucoup sur ce long métrage pour attirer la grande foule : au Japon, One Piece Red a réalisé le deuxième meilleur démarrage de tous les temps, derrière Demon Slayer, avec 16,63 millions de dollars de recettes en deux jours à peine.

Les débordements en France, largement relayés sur les réseaux sociaux, constituent une très mauvaise contre-publicité pour le film.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be