Luc et Jean-Pierre Dardenne : "Vous n’imaginez pas ce qu’on trouve autour de ces plantations de cannabis. C’est ignoble ce qui se passe"

Le 1er juillet, on retrouvait Luc et Jean-Pierre Dardenne dans un hôtel bruxellois pour parler de Tori et Lokita. Si les deux frères sont toujours sur leur petit nuage après avoir remporté le prix spécial du 75e anniversaire du festival de Cannes en mai dernier, c’est de la colère qu’est né ce douzième long métrage, face au sort réservés aux Mena (mineurs étrangers non accompagnés) en Belgique.

Luc et Jean-Pierre Dardenne : "Vous n’imaginez pas ce qu’on trouve autour de ces plantations de cannabis. C’est ignoble ce qui se passe"
Tori et Lokita aborde le sujet avec compassion, en regardant les êtres humains derrière les faits divers et les statistiques entendus aux infos. "C'est sûr qu'on aime nos personnages, nos deux enfants, dit Luc Dardenne. L'une veut devenir aide ménagère, l'autre veut aller à l'école. Ils veulent avoir un logement, un abri et vivre ensemble. Ils ne veulent rien d'autre… On fantasme beaucoup sur eux, alors que ce sont justement les plus fragiles. Faut pas être complètement angélique. On ne peut accueillir tout le monde. Et parmi les Mena, il y a des mineurs exploités, qui appartiennent...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité